Que vaut la vie humaine en Guinée sous Alpha Condé ?

Que vaut la vie humaine en Guinée sous Alpha Condé ?
0 commentaires, 10 - 1 - 2020, by admin

Par Fodé Baldé
Toutes les lois sacralisent le droit à la vie. Même si la Guinée y a souscrit, dans la pratique, la vie humaine ou du moins la vie d’une certaine catégorie de guinéens est banalisée. Cette catégorie de guinéens qui ne fume pas le même calumet que le pouvoir se trouve privé de tout et de tout, même le droit à la vie.
C’est dans cette catégorie de guinéens que l’on enregistre des morts, des blessés et des personnes mises en situation d’handicap continuelle. Elle est sans sécurité ! Son seul crime : croire aux valeurs de la République et décider à ce qu’elles soient respectées pour faciliter le vivre ensemble harmonieux des filles et fils de ce beau pays ! Ont-ils tort de croire en ces valeurs ? C’est le contraire qui devrait être condamnable et même à ce niveau ces derniers mériteraient de vivre. Ce sont les valeurs auxquelles nous avons souscrit qui le veulent ainsi !

Tous auraient cru que l’année 2020 serait celle de la prise de conscience par ceux qui disposent de la gâchette facile pour ôter la vie aux autres, endeuiller des familles. Ils pensent obéir ainsi aux ordres quand bien même ils ne sont pas tenus obliger d’obéir à un ordre manifestement illégal. Qu’est-ce que ces centaines de jeunes assassinés ont pu faire pour mériter ce voyage sans retour obligé ? Est-ce pour avoir cru aux valeurs sur lesquelles nous avons décidé de bâtir la Nation guinéenne ? C’est méchant, cynique, satanique de les tuer et c’est irresponsable voire inhumain de ne pas les rendre justice !
Aujourd’hui encore, les hommes en uniforme ont ôté la vie à deux (2) apprenants qui avaient un seul souci : aller apprendre pour servir leur pays pour ainsi devenir utile à la société guinéenne. Mais, les hommes en uniforme ont encore décidé d’écourter leur séjour terrestre et mettre en fumée leurs rêves et l’espoir qu’ils suscitaient auprès de leurs parents !
Ils ont été lâchement assassinés, ces deux jeunes apprenants, selon les témoignages publiés sur les réseaux sociaux, devant leurs concessions. L’école guinéenne a encore perdu des enfants. Mais comme par le passé, aucune enquête sérieuse dont la finalité sera connue ne se tiendra. Parallèlement, les amis de l’école guinéenne aussi observant la loi de l’omerta se rendent complices de ces assassinats. C’est un devoir pour eux de se faire entendre.
Somme toute, qu’est ce qui reste de l’école guinéenne si l’on est incapable de résoudre pendant plusieurs années une simple question de salaires des enseignants ou encore se réunir pour marteler que l’on cesse de tuer et surtout de tuer les apprenants ? À tous les amis de l’école guinéenne, l’histoire nous regarde, elle s’écrira avec ou sans nous !

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER