Quel héritage Alpha Condé va-t-il léguer aux Guinéens ?

Quel héritage Alpha Condé va-t-il léguer aux Guinéens ?
0 commentaires, 23 - 3 - 2020, by admin

Par Mamadou Saliou Diallo
Sékou Touré, « le Héros et le Tyran » a décimé les intellectuels guinéens, semé la mort au pays et fait régner la terreur pendant 26 longues années.
Son successeur, Lansana Conté, lui, s'est contenté de voler comme ce n’est pas permis, de se livrer à un pillage systématique et sans précédent des deniers publics ave l'appui et la complicité de certains éléments de l'actuelle alliance « Arc-en-Ciel » tels que Kassory Fofana, Kiridi Bangoura, Alpha Ibrahima Kéïra, alias " Ottis". j'en passe.
Après la mort de Lansana Conté, Moussa Dadis Camara s'empare du pouvoir. Du 23 décembre 2008 au 03 décembre 2009, date à laquelle Dadis essuie les tirs nourris de son ex-aide de camp Toumba Diakité, l'enfant terrible de Koulé fait régner la barbarie, la terreur au pays.
Le paroxysme de cette barbarie est les massacres du 28 septembre 2009 au stade de Conakry par les hommes de Moussa Dadis et de la junte.
Après la mise à l'écart de Dadis, le général Konaté prend le relais. Officiellement, à la tête du pays à partir du 15 janvier 2010, le général calme le jeu. Il organise les premières élections jugées " libres, crédibles et transparentes" de l'histoire de la Guinée. Le 21 décembre 2010, le " Tigre" transmet le pouvoir au civil porté à la tête du pays par les urnes.
Aucune oeuvre humaine n'étant parfaite, ces quatre hommes ont dirigé la Guinée avec leur défaut respectif. Qu' à cela ne tienne. On peut les détester. Mais, il faut reconnaître que Sékou Touré, le général Conté, le capitaine Dadis et le général Konaté nous ont légués la paix.
C'est cette paix si fragile et tant nécessaire que " l'ancien opposant historique", Alpha Condé, menace aujourd'hui. Tenté de diriger la Guinée jusqu'à son dernier souffle, Alpha Condé menace dangeureusement la paix et la stabilité en Guinée.

Elu dans des conditions rocambolesques, opaques en 2010, Alpha Condé gère son premier mandat sur fond de crise politique sanglante. De fin 2010, à 2015, les forces de l'ordre repriment dans le sang les manifestations pacifiques de ses opposants.
Réélu, contre toute attente, dès le premier tour, en 2015 pour un second et dernier mandat, Alpha Condé se radicalise. Ses policiers et gendarmes massacrent, dans la plus grande impunité, les opposants. Le tissu social est en lambeau. Condé et son administration surfe sur la division pour gérer le pays d'une main de fer.
A la fin de son dernier mandat, " l'ancien opposant historique" verse dans la boulimie du pouvoir. Alpha Condé n'entend pas lâcher. Du haut de ses 83 ans, l'octogénaire n'est pas prêt pour prendre sa retraite. Le patriarche organise, le 22 mars, une mascarade d'élections. A la va-vite, Alpha Condé organise un double scrutin portant sur les législatives et un référendum constitutionnel. Sur fond de violences.
Dans l'indifférence totale, les forces de l'ordre sèment la terreur. La Mort. Alpha Condé, malgré le sang d'innoncents versés dans sa course pour confisquer le pouvoir, est plus assuré que jamais de relever son défi. Celui de diriger la Guinée pour le restant de ses jours. Pauvre populations martyres de Guinée.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER