Arrêt sur image: revoilà l'ancien " puissant" préfet de Dubréka, Brada, qui avait défié Lansana Kouyaté

Arrêt sur image: revoilà l'ancien
0 commentaires, 6 - 6 - 2020, by admin

Par Hamballi
Comme de nombreux dignitaires déchus, qui ont fait la pluie et le beau temps sous le régime budgétivore de l'ancien général de Wâwa, Lansana Conté, l'ancien préfet de Dubréka, en Guinée Maritime, a disparu des écrans radars. Pourtant, il a fait son temps en Guinée.
Après Labé, Mouctar Brada bénéficie encore de la confiance présidentielle. Il atterrit en force à Dubréka, préfecture natale de l'ancien homme fort de Conakry, feu général Lansana Conté.
Et arrive la grève générale illimitée et meurtrière de janvier-février 2007. Après deux mois de tension, de crispation, de convulsions sanglantes provoquées par la grogne initiée et chapeautée par feu Ibrahima Fofana et Rabiatou Sérâ Diallo, Lansana Conté est mis en difficulté dans son dernier retranchement. Le successeur de Sékou Touré est contraint de faire marche arrière. Le vieux lion, " Diarra", se plie aux exigences d'une classe ouvrière survoltée, prête à achever avec le régime moribond du grabataire de Wâwa.
Sous pression, le général Conté nomme, contre son gré, le diplomate, Lansana Kouyaté, au poste de premier ministre, chef du gouvernement de large consensus.
Naturellement, l'ancien sous-secrétaire général de l' ONU vient aux affaires avec ses hommes. Il nomme ses ministres et les représentants de l' Etat dans l' Hinterland.
Problème: à Dubéraka, un certain Mouctar Brada, fort du soutien et de la proximité présidentielle, refuse de quitter son poste de préfet de Dubréka. Il tient tête au nouveau premier ministre, imposé par la rue aux commandes du Palais de la Colombe.
Fin juillet 2007, la ville de Dubréka bascule dans la violence. Après un passage du président Lansana Conté chez le " tout - puissant" maître de Dubréka, la cité du roi Soumba Toumany est à feu et à sang. Plusieurs personnes sont grièvement blessées dans de violents heurts entre pro et anti-Brada.
Mouctar Brada, fort du soutien inconditionnel de Lansana Conté, refuse de transférer le pouvoir local au préfet de Lansana Kouyaté, Amara Lamine Soumah, en l'occurrence.
Le général Conté aurait demandé à Brada de refuser de quitter les commandes de la préfecture de Dubréka. Lansana Kouyaté se retrouve ainsi, malgré lui, face à son premier défi de taille. Celui d'avoir le dernier mot ou périr.
Craint, très " influent", et plus " puissant", à l'époque, que certains ministres, Brada défie frontalement le tout nouveau chef du gouvernement de large consensus. Au finish, Kouyaté finira par le déloger de Dubréka. Depuis, c'est silence radio du côté de celui qui aurait régné d'un bras de fer, en qualité de préfet, à Labé. Brada vit discrètement, depuis sa chute, dans l'une de ses résidences secondaires dans la haute banlieue de Conakry.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER