Quand est-ce qu’un ventilateur devient l’ami du coronavirus?

Quand est-ce qu’un ventilateur devient l’ami du coronavirus?
0 commentaires, 25 - 6 - 2020, by admin

En fonction de la situation, l’utilisation du ventilateur peut ou pas aider à la propagation du Covid-19. Le plus important consiste à regarder au nombre de personnes présentes, au renouvellement de l’air et à la configuration des lieux.
Enfin l’été est là et il fait chaud. Dans ces moments-là, le bon vieux ventilateur sort des placards et devient subitement notre meilleur compagnon… ou peut-être pas ! L’arrivée du coronavirus perturbe ce mantra et brouille les cartes. Selon tel ou tel paramètre, il pourrait en effet devenir un vecteur de contamination. Au vu des hautes températures de ces derniers jours, des autorités sanitaires se sont donc prononcées pour donner des réponses sur ce sujet brûlant.
Seul ou en famille, tu resteras
Que ceux qui ne supportent pas la chaleur se rassurent tout de suite : il n’est pas question de bannir totalement les ventilateurs tant que l’épidémie est présente. Comme le relève la Société française de gériatrie et de gérontologie citée par l’AFP, il faut notamment faire attention au nombre de personnes présentes dans la pièce où est utilisé l’appareil. Si une seule personne est présente, aucun souci, même avec une brumisation. Par contre, si plusieurs sont présentes dans un espace restreint, le ventilateur doit être arrêté avant même l’arrivée de la deuxième personne.
« Un ventilateur dans une pièce fermée, non aérée, si vous avez une personne qui est malade, il y a un risque de contamination », précise à Franceinfo, Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l’Hôtel-Dieu à Paris. Pour la Société française de gériatrie et de gérontologie, même si les personnes portent un masque, il y a un risque tant que le flux d’air est dirigé vers les individus présents.

Le renouvellement de l’air est ici primordial.

Pour illustrer l’importance de ce point, il suffit de citer le cas d’une maison de repos de Montréal où, en mai dernier, tous les résidents ont été contaminés à la suite d’une panne du système de ventilation. Pour limiter les risques, il faut donc aérer. Enfin, évidemment, utiliser un ventilateur au sein d’un foyer ne représente pas un danger supplémentaire conséquent vu que les personnes présentes sont de toute façon en contact rapproché.
Quant à la climatisation, Francis Allard, professeur à l’université de La Rochelle, alerte dans le quotidien 20 Minutes sur un risque fluctuant en fonction des situations. « Tout dépend du type d’installation, mais ce qu’il faut à tout prix c’est éviter le brassage d’air recyclé. Or pour des motifs d’économie d’énergie, la plupart des lieux de vie collectifs comme les bureaux ou les supermarchés font recirculer des flux d’air intérieur parce que ça coûte moins cher », dit-il. En clair : « soit on peut faire fonctionner la climatisation avec des débits d’air neuf, soit on ne l’allume pas. Il vaut mieux ouvrir les fenêtres », conclut-il.

Soirmag

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER