Guinée : Vous avez dit « un Coup KO » ? ( Opinion )

Guinée : Vous avez dit « un Coup KO » ?
 ( Opinion )
0 commentaires, 19 - 10 - 2015, by admin

Par Lamarana Petty Diallo, France Monsieur Alpha Condé aurait été réélu dès le premier tour par « un coup KO » ? Un slogan très significatif et symbolique ! Espérons qu’il ne soit prémonitoire de lendemains obscurs qui présageraient un nouveau mandat de douleur et de désenchantement. Surtout, souhaitons que « ce coup KO » ne soit pas un boulet de plus pour un président dont les résultats provisoires sont en même temps définitifs. Une première électorale que seule la Guinée détient le secret. En dehors des vœux patriotiques formulés, je ne peux m’empêcher de dire que ceux qui « ont aidé Alpha Condé » à se faire réélire de la sorte viennent de lui asséner le « coup KO » en question. Je dis que la Guinée restera débout : ni un hyper Cut, ni une droite ni rien d’autre ne la terrassera. Celles et ceux qui ont servi cette réélection à monsieur Condé comme ils l’ont fait pour d’autres seront les seuls comptables le jour où notre pays se relèvera non pas de sa chute mais des maux que ces gloutons d’hier et d’aujourd’hui lui ont été causés. Ce sont ces opportunistes de tous poils, ces râteliers de tous les systèmes qui ont pris Alpha Condé au piège comme ils en ont fait dans le passé. Le plus malchanceux ayant été Moussa Dadis Camara du fait de son jeune âge, de sa franchise affichée mais aussi d’une part considérable de sottise. Ce sont ces gourous à la soutane, à cravate, aux robes longues ou courtes, c’est selon, qui empêchent les Guinéens de goûter aux sauveurs de la démocratie, de la paix, de l’unité et du bien-être. Ils continuent de baigner dans les délices du pouvoir, dans la corruption et la luxure des biens mal acquis alors qu’ils administrent la ciguë au peuple. Ce sont eux qui sont le problème de la Guinée et le seront pour Alpha lors de ce second mandat et jusqu’à sa fin politique ou physique. Mais le moment viendra où se lèvera le soleil de minuit (Fodéba Kéita) alors ils sombreront avec le crépuscule annonciateur du nouveau jour tant et si longtemps attendu. Pures élucubrations d’un journaleux déçu me lancera-t-on ! L’avenir nous le dira car l’histoire a prouvé à suffisance que tous ceux qui ont servi le mal, la division, l’arbitraire n’en profiteront que pour un temps qu’ils croient long et infini. Erreur ! Oublions et revenons au coup ko de « la victoire ». Victoire électorale ou piège à ciel ouvert ? « L’élection présidentielle guinéenne » du 11 octobre 2015 qui a tourné en faveur d’Alpha Condé avec 57, 85% des suffrages est réellement « un coup ko ». Mais pour qui ? L’opposition ? Je ne le crois pas ! C’est juste un coup de plus contre cette dernière. La victoire prononcée par monsieur Bakary Fofana, président de « la commission électorale nationale indépendante » (Ceni) dans une salle du palais du peuple où le public transpire et étouffe de chaleur est le premier coup ko fait à monsieur Alpha Condé. Quel Guinéen honnête peut croire à des résultats proclamés par monsieur Fofana alors que la Ceni est amputée de 4 de ses membres ayant déclaré se désolidariser de la gestion du processus électoral ? Ces représentants de l’opposition ont mis à nu la connivence entre le pouvoir et la Ceni dans le seul but de faire réélire Alpha Condé en dehors de toute légalité. On peut seulement déplorer que ces 4 femmes n’aient démissionné pour que tout le processus soit stoppé. Il est très improbable que les Guinéens se reconnaissent dans cette victoire acquise de la sorte et dont les résultats ne sont que la suite logique d’une mascarade électorale inédite. Les suffrages exprimés en faveur du RPG, obtenus dans la douleur et la tricherie, dans l’achat des consciences par la corruption, dans l’intimidation et la division orchestrée par tous les ethnocentriques attardés et nostalgiques qui n’ont jamais de patrie que là où est enterré leur nombril ne peuvent sceller l’unité nationale tant attendue. Cette magouille non pas par les urnes comme en 2010 mais par un recensement ciblé des votants et qui a été bâti dans la violation des lois de la République, dans la complicité d’une classe d’âge sénile et ancrée dans le passé, dans la cupidité de religieux corrompus et sans foi et surtout par la bénédiction d’une communauté internationale mafieuse et jalouse de ses intérêts est le plus grand piège jamais tendu à Alpha Condé. Le comprendra-t-il à ses dépens une fois que retomberont les illusions de la victoire ? A ce moment-là il réalisera que ces affidés à col blanc et ses obscurs alliés des multinationales, ses commis-voyageurs qui lui ouvert les portes de l’hexagone lui ont creusé un gouffre dans lequel sombrera tôt ou tard son pouvoir. Heureusement, l’opposition et ses militants ne sont pas tombés dans le piège de la manipulation, de la provocation et du guet-apens électoral. La preuve ! Le bon sens et l’esprit patriotique « des vaincus », les vrais victorieux de cette élection- je leur rends tous hommage en passant- l’ont emporté. Si l’opposition guinéenne ne s’est pas montrée unie comme on l’espérait, il est indéniable qu’elle a fait preuve de responsabilité. Ceux qui lui cherchent des billes devraient changer leur fusil d’épaule. Il n’était pas question d’être à la hauteur ou non lors de cette élection. Il se posait une équation simple mais rien qu’en apparence : Faut-il contester les résultats ? Cela a été fait à travers les médias. Faut-il faire descendre militants et sympathisants dans la rue pour se faire massacrer par un pouvoir dont la milice a pris le dessus sur l’armée ? La réponse a été donnée de manière responsable, réfléchie et patriotique ! Il est vrai que ce fut une grosse erreur de participer à cette élection : voir ma position dans mon article « Les mariés du palais ou les baiser de Judas ». Une communauté internationale dévoyée pour longtemps Au Diable Ben Souda et les carterons de diplomates- militants ! Ces nervis à peine masqués du pouvoir qu’on apercevait assis au palais du peuple et écoutant pieusement Bakary Fofana débitant sans gêne des résultats non pas tronqués mais montés de toute pièce ! Les Guinéens et leurs responsables politiques ont compris leur jeu et le mépris des occidentaux pour leur pays ! Qui ne menace Assad et compagnie, ose menacer des leaders politiques légitimes dont les suffrages ont été volés en plein jour et sous leur bienveillante surveillance. Les faire-valoir d’une communauté de mafieux qui se dit internationale n’ont tout simplement plus aucune place en Guinée. Quand on voit un représentant de la plus grande représentation dite internationale ânonner à la télévision guinéenne, dans un français syllabique, ce qu’il appelle la reconnaissance onusienne au peuple de Guinée et à ses dirigeants, on comprend aisément ce qui nous a conduits à la situation actuelle. Et dire que ce sont avec des gens comme ça que l’opposition dialoguait. Que les Guinéens enterrent et pour longtemps ce consortium d’affairistes qui parlent au nom des peuples alors qu’ils ne sont que des porte-bouilloires de firmes transnationales et de leurs détenteurs ! Dans tous les cas, toutes les oppositions de tous les partis politiques en Afrique devraient tirer les leçons de ce qui s’est joué en Guinée lors de cette élection. Elles devraient facilement comprendre pourquoi il n’y a jamais d’élections gagnées en Afrique mais que des échecs préparés d’avance. Pourquoi les patriotes intègres et défendeurs des valeurs dites universelles accèdent rarement au pouvoir dans le continent noir ? Aux opposants qui se battent ailleurs comme en Guinée de savoir ce qui leur reste à faire ! Quant au nouvel élu guinéen son tour viendra comme il en fut pour d’autres. C’est le jour où il n’aura rien à vendre ni à proposer parce qu’il aura tout bradé. Ce jour- là, les Guinéens aussi comprendront pourquoi ils ont été traités comme tels le 11 octobre 2015. Ils comprendront que « leur élu » n’a jamais été ni le leur ni l’élu d’une certaine ethnie qui jazze aujourd’hui sur sa supériorité sur les autres. Ils sauront qu’il n’a été rien d’autre que le lampion d’un lobby de richissimes hommes d’affaires occidentaux et un pantin d’une communauté qui s’est autoproclamé internationale sans jamais avoir été désigné par un peuple ! Au cas contraire, elle aurait sauvé les Syriens du génocide qu’ils subissent. Que les Guinéens se rassurent, ceux qui n’ont pas sauvé Alep et ses populations, Bagdad et ailleurs ne se mouilleront pas pour eux. Cette mise en garde s’adresse aux élites guinéennes démissionnaires, coupables et complices. Cette élite qui a laissé de petits voyous au chômage accaparer tous les leviers du pouvoir, notamment les comités de soutiens du RPG. Ce sont ces misérables qu’on voit appeler les populations au calme. Mais où sont les cadres du RPG qui prétendent avoir réélu monsieur Condé ? Où sont ces Guinéens qui ont été les porte-flambeau de tout un continent ? L’élite guinéenne doit renaître pour jouer son rôle et sauver la patrie du chaos qui guette ! Les Guinéens que nous sommes doivent comprendre que notre pays est à l’abandon. Les leaders actuels sont victimes non pas de leur faiblesse mais de la toile d’araignée tissée au-dessus de notre cher pays. Alpha Condé n’a jamais été et ne sera jamais le président qu’ils ont choisi ou élu. C’est un missionnaire qui, une fois la besogne accomplie sombrera dans l’oubli à moins que sa route ne croise un jour celle de ses amis d’hier. Ceux-là même qui ont été hissé sur le strapontin comme lui avant qu’il ne soit scié par les alliés qui auront trouvé mieux. Je prends le risque de jurer que le défi guinéen ne sera pas relevé au cours de la présidence de monsieur Alpha Condé même s’il ne transpirait la puanteur de la division, du mensonge, de la haine et de la manipulation ! Mon appel J’appelle tous les guinéens à ne jamais perdre l’essentiel. Qu’ils ne suivent pas la vague et son écume de division et de haine. Qu’ils laissent tout simplement le nouveau pouvoir qui leur a été une fois de plus imposée par certains Occidentaux et les ramifications d’une sorte de camorra non pas sicilienne mais bien française, britannique et américaine se noyer sans les emporter dans les méandres de la tricherie et du mépris. Une telle attitude n’est point une démission. Elle est juste un acte responsable qui est le seul susceptible de sauver ce que nous avons de commun : La patrie ! Quant au parti victorieux et son président, attendons et n’anticipons pas sur la lutte de succession qui a juste été enterrée le temps d’une campagne. Nous verrons bien ce qui résultera des ambitions personnelles ou générationnelles face à un président qui n’est solide que de façade. Nous verrons sous peu si l’âge du chef résistera aux appétits des dinosaures et des jeunes loups. Je terminerai en disant que les Guinéens attendent le nouveau pouvoir au tournant. Je leur rends humblement un hommage patriotique et non téléguidé comme on a vu en fleurir dans certains consulats ou ambassades ayant très certainement mis un bulletin dans l’urne du RPG. Que Dieu Sauve notre pays et le sorte de l’abîme qu’il a connu depuis des siècles ! Amen!

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER