L'analphabète Baydi Boubacar Aribot ou l'avocat du diable

L'analphabète Baydi Boubacar Aribot ou l'avocat du diable
0 commentaires, 5 - 4 - 2016, by admin

Par Boubacar Binany Bah, à Conakry
Inutile de dire que la température ambiante de Baïdy avoisine les 40° et ce, depuis que des précisons ont été apportées sur la position équivoque de l’UFR sur l’échiquier politique. Faudrait-il préciser au dévoué secrétaire exécutif de l’UFR, qui s’exprime dans un langage dont l’interprétation demanderait le concours d’un spécialiste en espéranto, que des accords politiques, il a été établi que dans la répartition des sièges à pourvoir aux démembrements de la CENI et ses représentations locales, la mouvance présidentielle et l’opposition politique auront, chacune, la moitié des sièges, soit les 50%.
Ce qui nécessite qu’il soit précisé qui est de l’opposition politique et qui est de la mouvance présidentielle. A la lumière de ce constat, il s’est avéré, que depuis la dernière présidentielle, de façon publique, l’UFR a annoncé son départ de l’opposition politique, pour rejoindre la mouvance présidentielle. Ce qui la prive, du coup, d’avoir, dans le quota dû à l’opposition politique, une part quelconque.
Or, faisant fi de cette réalité, la CENI sème la confusion, en demandant à l’opposition politique de s’entendre avec l’UFR, au lieu d’appliquer le partage, en conformité avec la réalité des faits. Aussi, la mouvance présidence avait accordé des sièges à son nouvel allié, notamment à Mamou et à Mali, mais en Guinée côtière, elle lui refusa cette faveur. C’est ainsi que le parti du transfuge Sidya Touré s’est tournée vers l’opposition politique pour tenter de récupérer le manque à gagner sur le quota de celle-ci, en clamant honteusement son appartenance à cette entité politique.
La suspension de l’opposition des démembrements, s’explique par cette situation rendue confuse, du fait de la complicité de la CENI et du silence coupable du gouvernement. Quand un Baïdy fait l’avocat du diable dont il est l’émissaire le moins indiqué, du fait de ses balbutiements, l’UFR est loin de se tirer d’embarras.
Le Très haut représentant du Chef de l’Etat a déjà troqué une partie de ses espoirs contre une robe sur mesure, moins pour ressembler à un bon curé, qu’à un boulanger tout couvert de farine. Baïdy y roule depuis toujours. La confusion est entretenue par la CENI, pour jouer sur le temps. C’est une exception guinéenne, difficile à vendre.
Source: guineeinfos.org

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER