Crise à la FEGUIFOOT: " le président Antonio Souaré est déçu..", révèle son conseiller principal, Abdoulaye Condé

Crise à la FEGUIFOOT:
0 commentaires, 22 - 4 - 2016, by admin

Rien ne va plus au sein de la Fédération Guinéenne de Football, minée par une bataille féroce entre le président Super V, et un groupe de frondeurs dirigé par Amadou Diaby. La crise s'enlise et le championnat national en pâtit. Le véritable poids lourd du sport roi en Guinée, le président du Horoya AC, Antonio Souaré, se veut au dessus de la mêlée. Néanmoins, nouvelledeguinee.com a pu joindre à Johannesbourg son conseiller principal Abdoulaye Condé qui, en bon communicant, apporte toute la lumière sur la position de Antonio Souaré par rapport à la crise qui secoue la FEGUIFOOT au grand dam des fans du cuir rond en Guinée. Interview ...
Nouvelledeguinee: depuis quelques jours, le football guinéen est confronté à une profonde crise qui divise la fédération. D'ailleurs une mission conjointe de la CAF et de la FIFA arrive ce vendredi à Conakry. Quelle est la position de M. Antonio Souaré dans cette crise ? -
Abdoulaye Condé: le président Antonio Souaré regrette cette crise entre les dirigeants du football qu'il considère comme ses frères et amis. Ses regrets sont si profonds qu'il a oeuvré de toutes ses forces pour la mise en place de l'équipe aujourd'hui éclatée. A ce titre, il est profondément déçu de ne pas avoir été écouté et entendu par les protagonistes quand il a tenté sa médiation pour éviter le blocage que nous connaissons aujourd'hui. Il est vivement déçu que ceux qui sont investis de la noble mission d'encadrer le football guinéen vers des perspectives de compétitivité internationale se vouent la guerre et livrent un tel spectacle qui ne sert ni les protagonistes eux-même encore moins le football guinéen. Il considère cette déplorable situation comme un échec personnel. Mais, loin d'être découragé, il s'engage d'ailleurs à renforcer ses investissements au profit du football guinéen qui reste son unique passion. Après, l'échec de sa médiation et l'échec du comité olympique national ainsi que d'autres personnalités du sport, le président Antonio Souaré salue et promet d'apporter tout son soutien à la mission conjointe de la CAF et de la FIFA.
Même à distance, en sa double qualité de mécène et de président de la Ligue de football professionnel, il affirme sa disponibilité à travailler avec cette cruciale mission dont les conclusions seront sans recours. C'est ce discours qu'il a tenu au chef de mission de la la CAF, notre frere malien Amadou Diakite membre du comité exécutif de la CAF. Je tiens aussi à préciser solennellement que le président Antonio Souare ne supporte personne dans cette confrontation fratricide.
Nouvelledeguinee.com: les gens pensent cependant que la signature par Horoya est un soutien implicite à un camp?
Abdoulaye Condé: je crois vous avoir clairement expliqué la position du président Antonio Souaré. Il est impossible d'empêcher les gens de penser, de porter même des accusations fortuites mais nous ne devons pas perdre le temps avec ça. Tout le monde sait que M. Souaré est président de la Ligue de Football Professionnel, donc au service de tous les clubs guinéens. C'est ainsi qu'il se comporte depuis le lancement officiel de la Ligue. Pourquoi voulez-vous qu'il supporte un groupe contre un autre. Il a tenté d'éteindre le brasier sans succès, mais il ne croise pas les bras et il va aider la mission conjointe de la CAF et de la FIFA à la résolution de la crise.
Le Horoya est un club professionnel structuré avec son bureau, un conseil d'administration. C'est le bureau indépendant du président de la Ligue qui a signé le document. Ce document dénonce des dysfonctionnements et demande une assemblée générale. Pour les dirigeants du Horoya, en signant le document, nul ne peut se sentir viser par une assemblée extraordinaire dont le but est de corriger les dysfonctionnements, maintenir ou faire partir le bureau. Quoi qu'il en soit, le président Antonio Souare n'est pas concerné.
Nouvelledeguinee.com: il semble que cette assemblée devait servir à élire le président Antonio Souaré à la présidence de la Fédération Guinéenne de Football ? -
Abdoulaye Condé: refusons de nous faire échos des rumeurs insensées et idiotes. Le président m'a fait part des griefs de certains acteurs, d'autres voient Cheick Dem, Kader Sangaré ou Fode Capi Camara comme des ennemis à leur cause. Mais, je reste lucide. Le jour où le président Antonio Souaré serait tenté par l'aventure de la Fédération Guinéenne de Football, il se donnera les moyens de la conquête et au grand jour. Il n'a pas besoin d'une voie tordue pour prendre la tête de la fédération.
Nouvelledeguinee.com: ces rumeurs sont donc fausses ?
Abdoulaye Condé: écoutez, elles n'engagent que ceux qui la propagent. Aucun membre de son entourage ne vous parlera de ça.
Nouvelledeguinee: quelle est alors la solution?
Abdoulaye Condé: notre souhait était d'éviter l'affrontement entre les responsables de la fédération qui sont tous nos frères et amis. La crise a malheureusement éclaté, les médiations notamment celle du président Antonio ont échoué. Nous sommes convaincus que la mission trouvera la solution applicable à toutes les parties.
Interview réalisée par Mamadou Saliou Diallo













0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER