Pourquoi des troubles ont elles éclaté à Timbo ?

Pourquoi des troubles ont elles éclaté à Timbo ?
0 commentaires, 28 - 5 - 2016, by admin

Par Mandian Sidibé
L'inauguration de l'emblématique Mosquée rénovée de la ville historique de Timbo, préfecture de Mamou, a été émaillée d'incidents déplorables, le vendredi 27 mai 2016.
A en croire des sources fiables et bien introduites dans la haute sphère de l'État, la violente bousculade de Timbo est bien loin d'être fortuite. Elle s'explique par trois raisons stratégiques du Gouvernement.
Premièrement, justifier l'absence du Président de la République par des raisons de sécurité supposées, consécutivement à une vraie-fausse alerte des services de Renseignements Généraux, puisque des voix commençaient à s'élever pour indiquer la légèreté du motif lié au conclave qui se déroulait au même moment sous la houlette du Chef de l'État au Palais Sèkhoutouréya, alors qu'au fond Alpha Condé évitait d'y croiser Cellou Dalein. En plus, il savait qu'une déclaration en faveur de son troisième mandat devait y être faite. Il a fait semblant de ne pas être associé à cette démarche en brillant par son absence.
Deuxièmement, l'accueil triomphal réservé la veille de l'inauguration par les populations de la Ville-Carrefour à Cellou Dalein Diallo a veritablement dérangé les autorités faîtières guinéennes. Il fallait absolument coller un arrière-goût à cette réception pour tenter d'infliger une autre image au Chef de File de l'Opposition Guinéenne dont la présence à Timbo était très gênante pour le pouvoir. En fait, il était savamment orchestré de faire porter des charges malsaines par Cellou Dalein, à l'effet de faire croire à la Communauté Internationale que celui-ci incarne la violence.
Troisièmement, des fuites enregistrées çà et là, à l'issue d'une kyrielle de réunions secrètes de haut niveau, avaient permis la mise-à-nue de la fameuse déclaration qui devrait être prêtée aux populations de Mamou pour réclamer la révision constitutionnelle devant ouvrir la voie à Alpha Condé de briguer d'autres mandats. C'est ainsi que certaines personnes bien avisées avaient commencé à prendre des précautions pour contrecarrer cette récupération politique de l'événement.
Au regard des velléités qui se dressaient contre la fameuse déclaration, alors que les autorités locales et les initiateurs y tenaient mordicus, il a été ordonné la fermeture des lieux pour empêcher la mise en forme et/ou la diffusion de toutes communications contradictoires, moindres soient-elles, via des prises de contacts informelles.
Une fois la délégation gouvernementale installée, les gens devaient être mis devant le fait accompli. Et si des troubles éclataient après la declaration, on allait faire porter le chapeau par Cellou Dalein Diallo. Mais le message serait déjà passé.
C'est justement dans cette logique que les contrevenants de la déclaration ont fait passer le message en sourdine. Et, papatra! Les nerfs se sont automatiquement surchauffés contre une quelconque forme d'imposture et de manipulation politique. Les conséquences ne sont plus à relater, tellement qu'elles sont tristes et déplorables.
Que dire du silence coupable du gouvernement et des médias d'Etat sur ces tristes évènements? Pourquoi nier l'évidence selon laquelle il y a eu effectivement mort d'homme? Le gouvernement se reprocherait-il quelque chose par rapport à ce cas de mort enregistré pendant la bousculade, au point de l'occulter sans autre forme d'enquêtes?

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER