L inauguration de la mosquée de Timbo ou l' échec de Alpha Condé ( tribune )

L inauguration de la mosquée de Timbo ou l' échec de Alpha Condé ( tribune )
0 commentaires, 28 - 5 - 2016, by admin

Par Mohamed Camara, à Timbo
Quoi qu'on dise, l'alerte sonnée par notre confrère Mandian Sidibé était à point. Alpha Condé a cherché à récupérer l'événement pour faire proclamer son 3e mandat dans la prestigieuse capitale du Fouta Théocratique. Il a pour ce faire déployé d'importants moyens matériels et financiers et monté des stratégies gagnantes avec ses lieutenants Ousmane Bah, Bantama Sow, Thierno Ousmane Diallo et surtout le président du comité d'organisation de la cérémonie, Mody Oury Barry, fondateur du mouvement ALPHA DYARAMA.
Lâché par sa base de la Haute Guinée, abandonné par la Forêt depuis le retour avorté de Dadis Camara, gagné par l'incertitude des Basse Côtiers, résolument contre un 3e mandat, Alpha Condé, dont la foulaphobie est caractérielle, voulait commettre son crime en salissant le Fouta et ses fils à travers ce qui allait être la déclaration de Timbo.
Malheureusement pour lui, la détermination des uns et des autres contre ce sacrilège a réduit à néant ce projet et débarrassé de ma région les souillures que sont ses fils à la solde du tueur de 70 peuls, destructeur de leurs biens et pourfendeur de leur dignité, le prétendu professeur voleur d'élections, Alpha Condé.
Le courroux des dignes fils de Timbo et du Fouta s'est abattu sur les effigies de Alpha Condé, placées tout autour de la mosquée à la veille même de l'inauguration et ce qui aurait poussé le diviseur des Guinéens à renoncer au voyage de Timbo et à y dépêcher son premier ministre. L'accueil triomphal réservé à Cellou Dalein, à partir de 7 kms de Mamou et son cortège de 200 motos dans la cité de Karamoko Alpha Mo Timbo où son arrière grand père Thierno Sadou Mo Dalein fut un illustre conseiller, ont désespérément fait renoncer Alpha Condé au voyage de Timbo, fondé par Fodouye Seydi, fils de Mamadou, fils de Kikala, descendant du prophète Muhammad (psl).
Alpha Condé considère alors ce refus de le proclamer présidentiable pour un 3e mandat à Timbo comme un affront et décide que le fouta va lui payer cela très cher. C'est alors que des loubards sont réquisitionné et placé sous le commandement du petit Peul de brousse, Bantama Sow, avec pour mission de créer le désordre à l'inauguration de ma mosquée.
On aura vu Bantama Sow sortir de la mosquée? après la rentrée de Cellou Dalein, certainement, pour donner le signal. En tout cas, c'est dix minutes après que les forces de l'ordre ont jeté les gaz lacrymogènes d'abord sur un monticule, à proximité de la mosquée, ensuite aux abords. IL s'en suivit une panique générale et des respectables notables du Fouta, comme l'imam de la grande mosquée de Labé, Elhadj Badourou bah et le Khalifa général du Fouta, Elhadj Banc Bah par terre. Peu importe que d'autres aient subi le même L important pour Alpha Condé, c'est ceux là, cette incarnation majestueuse du Fouta Djallon et toute cette foule compacte, dense et immense des fils du Fouta, vieux et vieilles, surtout mettant leurs jambes à leur cou à travers les palissades de Timbo. Ce sont ces images que voulait voir Alpha Condé humilier le Fouta dans ce qu'il a de plus symbolique: Timbo, sa capitale. Alpha Condé et ses laquais et vampires fils du Fouta comptant sur la barbarie des forces de l'ordre, n'avaient certainement pas mesuré la capacité de résistance des vrais fils du Fouta.
Ils ont résisté ces fils là en jetant des pierres sur tout ce qui est expressif de l'Etat: engin roulant. Même des vieux exaspérés par cette haine viscérale contre les Peuls se sont essayés et tous ont maudit Alpha Condé. Pour les malédictions vendredi, à Timbo, Alpha Condé peut ouvrir son palais. Elles ne pourront pas le remplir et il payera un lourd tribut à ses vanités et à ses excès.
Hier à timbo le fouta s'est réjoui de l'absence de toute l'administration Condé à Fatako. Tout s'y est bien déroulé avec une mobilisation de 15000 personnes. Il eut été mieux qu'il en fut ainsi dans notre fière et imposante capitale. Avec ce qui s'est passé à Timbo, Alpha Condé a déclenché le compte à rebours de la fin de son pouvoir. Qu'il se souvienne que c'est sur ces mêmes terres de Mamou, brûlées par la charrue de l'histoire, que Sekou Touré avait exécuter sa dernière victime, un muezzin en 1984. Le Fouta Djallon est une terre d'islam,de tolérance d'hospitalité et de paix.
Tous ceux qui ont souillé son honneur ont payé. Alpha Condé n'y fera pas exception. Il peut commencer à faire ses valises pour le grand voyage: celui du boulevard des allongés.


0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER