Labé: le nouveau préfet récidive dans son mauvais rôle, le journaliste Amadou Diouldé Diallo menace de le demasquer

Labé: le nouveau préfet récidive dans son mauvais rôle, le journaliste Amadou Diouldé Diallo menace de le demasquer
0 commentaires, 10 - 1 - 2017, by admin

Par Amadou Diouldé Diallo, à Libreville ( Gabon)
On se rappelle de sa démagogie et de son louvoiement à inviter le capitaine Moussa Dadis Camara à
Labé. La suite, on la connaît. Débarqué par Alpha Condé et muté à Gaoual pour avoir courageusement refusé de faire mater les manifestations de l'opposition et finalement congédié, Saifoulaye est resté dans le vestibule de son père Thierno Abdourahmane pour s'occuper des derniers jours de ce dernier.
Entre temps, son épouse, Adama Dian Barry, promue Directrice Centrale de la Police de l'Air et des Frontières, perdait son poste pour celui de simple conseillère. Et dépuis, beaucoup d'eau a coulé sous le pont. La galère et l'envie permanente de se faire une place au soleil ont fait le reste.
On se rappelle que Safioulaye avait cherché par le passé à être maire de Labé. Mais la majorité des habitants de la cité de Karamoko Alpha portèrent leur choix sur le dynamique Blakhy qui, malheureusement, mourut avant l'élection. C'est l'universitaire de la première promotion Lenine de Poly, Elhadj Amadou Thiam qui occupa le siege après le grand homme des sciences exactes Saidou Maleya Diallo.
Alpha Condé, sachant jouer sur le temps et sur les nerfs des gens en fonction de ses intérêts politiques, fait donc renaître Safioulaye de ses cendres en le ramenant préfet de Labé dans le cynique dessein de trouver un cheval à monture pour faire ses courses. Un perturbateur de l'ordre et un concurrent à Cellou Dalein Diallo dans sa ville natale.
C'est peine perdue non pas pour des naissances et des origines des uns et des autres, mais à cause de la foulaphobie de Alpha Condé. Tenez: aujourd'hui, tout l'ancien "diwal" de Labé n'a qu'un ministre. Celui de la Santé, le "Kaldouyanké" Abdourahmane Diallo de Yimbering. Lui aussi parcequ' ami du fils du locataire de "Sékhoutouréyah". Mieux, alors que Kankan et Siguiri se partagent les 80 pour cent des postes de l'administration, il y en a comme Télimelé qui n'ont même pas un chef de section avec à la clé la promesse non tenue des 10 kilomètres de goudron.
Il en est de même de Timbi-Madina. L'usine de purée à Bamikouré était un canular. Et bien d'autres dans tout le Fouta dont les fils sont les victimes quotidiennes de Alpha Condé. 70 morts, des blessés, des handicapés à vie des arrestations arbitraires, des pillages et du vandalisme à ciel ouvert. Le tout assaisonné d'injures à caractère ethnique, des vols et des viols dans les quartiers majoritairement peuls de Conakry. Et quoi encore? L'exclusion, la discrimination des fils du Fouta, le mépris et la haine de Alpha Condé eux. Les nominations dans l'administration Condé font l'objet d'un filtrage avant diffusion et l'ordr estlesuivant: Malinké, Sosso, Forestier et à la remorque, Peul.
Autant dire que le revenu national n'est pas équitablement partagé. Simplement parceque, pour Alpha Condé, le Fouta Djallon ne compte pas à ses yeux. Et la région et ses fils doivent le payer très cher. C'est pourquoi il ya cet acharnement contre la région qui constitue la base faîtière de l'UFDG, le parti dirigé par un fils de Labé, en l'occurrence Cellou Dalein Diallo dont la stature d'homme d'Etat, le calme, la retenue, la sérénité et les capacités de mobilisation de tous les Guinéens dérangent Alpha Condé. On n'est pas descendant et homonyme de l'illustre Karamoko Alpha Mo Labé pour rien. Au même titre que les héros nationaux: Alpha Yaya Diallo et Thierno Ibrahima N'dama et bien d'autres comme Nènan Aye Bobo Kaadé, l' une des marâtres de Safioulaye.
Labé doit être fier d'avoir enfanté Cellou Dalein Diallo. Ceux qui comme Safioulaye, chargés de mission de Alpha Condé pour continuer d'humilier le Fouta à cause d'un strapontin de préfet, nous trouverons sur leur chemin comme ce fut le cas avec l'abominable concept de "Manden Djallon" qui visait à mettre le Fouta en lambeaux.
Cette fois ci encore, nous allons dégainer contre Safioulaye et tous ceux qui lui ressemblent, qui pactisent avec Alpha Condé pour souiller l'honneur du Fouta Djallon . Alpha Condé n'aime pas les Peuls qu'ils considerent comme la cinquième roue de la charrette, allant jusqu'à leur dénier leur appartenance à la Guinée où reposent pourtant 10 de nos grands parents au moins, contrairement à bien d'autres qui n'en ont même pas le père et pour lesquels on a du faire recours à un greffage historique et sociologique pour leur trouver un village dans la Savane guinéenne.
Safioulaye Bah, cet article est le premier d'une série dans le combat que mènent les fils du Fouta contre la dictature et l'exclusion de Alpha Condé. Je te prendrai pour cible comme tous nos frères qui cherchent à nous faire courber l'échine devant Alpha Condé. Ces torchons et ses serviettes indignes d'être de nous.
Et cela même si par des alliances, la famille de Dow Saré est mienne à travers les soeurs aînées de ma belle mère Hadja Rouguiatou, cadette de Nénan Djiwo Bobo, épouse de Thierno Abdoulaye et Nénan Ramata, épouse de monsieur Bah libraire. Toutes trois sont des princesses du beurre et du lait. Filles du visionnaire "Kaldouyanké", descendant de Thierno Mo Sigon, Thierno Chérif Yimbéring .
Et plus encore, mon regretté oncle, l'ambassadeur Mamadou Bobo Baldé de Compaya, époux de la très chaleureuse et familiale Hadja Dalanda. Plus encore, l'affection que ton feu père a toujours eue pour moi. Mais rien de tout cela ne pourra ramener mes flèches dans leur carquois si tu as fait le choix de sacrifier le Fouta, notre fouta à l'autel de l'opportunisme, de la démagogie et du simple faire valoir. Tout ça pour un poste de préfet. Je degainerai sans faute. Safioulaye, et là alors, nous parlerons histoire. A chacun son livre. A bon entendeur, salut. A suivre.
Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER