Présidence tournante de l'Union Africaine: Lansana Kouyaté se paie Alpha Condé

Présidence tournante de l'Union Africaine: Lansana Kouyaté se paie Alpha Condé
0 commentaires, 17 - 2 - 2017, by admin

Par Mamadou Saliou Diallo
Fin janvier 2017, Alpha Condé succède à Idriss Deby Itno à la présidence en exercice de l'Union Africaine. Les partenaires du chef de l'Etat exultent. Pour la plupart d'entre eux, le slogan tant cher au président " Guinée is Back", s'est concrétisée. Et la Guinée signe enfin son retour en force sur la scène africaine. Après des décennies avec une image des plus brouillées.
Seulement, voilà. Le leader du Parti de l'Espoir pour le Développement National n'est pas de cet avis. Ancien sous-sécrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, Lansana Kouyaté possède une solide carrière de diplomate. Il s'y connait. Au sujet du " sacre" de Alpha Condé sur les hauteurs de Addis-Abeba, LK met l'accent sur le côté pile de la désignation de son ancien allié au poste de président en exercice de l'Union Africaine. Pour lui, la désignation du chef de l'Etat va beaucoup peser sur les finances publiques en cette période de vaches maigres.
" Le budget de la Guinée en souffrira parce que d’abord, ce n’est pas un poste électif. Il y a jamais eu des tiraillements très sérieux au tour de cette fonction qui est tournante, c’est une rotation annuelle. On arrive même qu’on demande des gens de faire deux ans parce qu’il n’y a pas des candidats. Parce que ça coûte cher aux Etats. Au moment où ceux qui avaient l’habitude de financer, paix à son âme, je pense au Colonel Kadhafi ne sont plus, donc il y avait beaucoup de pays à l’époque qui prenaient la présidence parce qu’il y avait la garantie d’être aidé par ces pays, par exemple, l’Afrique du Sud qui est aujourd’hui en difficultés. Mais lui, il est arrivé. Les contextes sont différents. La Guinée n’a qu’à simplement accepter que les charges viennent du budget national au moment où nous avons d’énormes défis à relever au plan des infrastructures, au plan d’éducation, d’enseignement, de la santé. Sur tous les plans, pratiquement, l’économie guinéenne est totalement abimée", révèle l'ancien premier ministre du gouvernement de large consensus.

Après avoir rappelé, avec l'éloquence qu'on lui connait, que ce ne sont pas ses faits d'armes qui ont permis à Alpha Condé de succeder à Idriss Deby Itno, l'auteur du " Du Brasier Somalien à la Chaleur Onusienne" décoche ses flêches. Et mitraille littéralement l'homme dont il a paradoxalement contribué à l'élection en 2010.
" Il ( Alpha Condé ndlr ) recherche toujours l’effet d’annonce, l’impact sur les images. C’est un homme politique mais pas un homme d’Etat", charge Lansana Kouyaté dans une interview au canon. Comme pour dire que le président Condé pourrait se servir, avec demesure, de son nouveau statut honorifique de vitrine dans l'espoir de donner aux Guinéens, malmenés par une crise multiforme, l'image d'un président très en mouvement qui investit la scène internationale. Histoire de faire de la Guinée un pays qui a son mot à dire, qui est écouté dans le monde.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER