Alpha Condé: " en Afrique, nous faisons la promotion du développement de l'aquaculture"

Alpha Condé:
0 commentaires, 17 - 6 - 2017, by admin

Le Président Alpha Conde, né le 4 mars 1938, est président de la Guinée depuis décembre 2010, et le 30 janvier 2017, le Président Condé succède à Idriss Deby Itno en tant que président de L'Union Africaine. . Le Président Condé est né à Boké en basse-Guinée, où il est parti quand il avait 15 ans pour aller en France.

Alors qu'il était en France, il était actif en parallèle au sein de L'Union Nationale de l'enseignement supérieur et a combiné les fonctions de l'association des étudiants guinéens en France et de la fédération des étudiants noirs africains en France, où il était le coordinateur exécutif des groupes nationaux africains. À partir de 1967-75.

Il a écrit une thèse de maîtrise en sciences politiques intitulée "le p.d.g. et le peuple de Guinée" en 1965.

En ce qui concerne sa nomination à la présidence de L'Union Africaine, il a été élu au cours du 28 e sommet ordinaire à Addis-Abeba, en Éthiopie, à la suite de la fin du mandat de m. Deby en janvier 2017.

Quelles sont les projections de l'augmentation de la population guinéenne et comment le gouvernement progresse-T-il dans la fourniture à sa population d'aliments sains et abordables ?

Le taux de croissance de la population guinéenne est de 2.9 % par an. Avec ce taux de croissance, la population guinéenne pourrait dépasser 15 millions d'habitants d'ici à 2040., la proportion de la population en âge de travailler (15-64), est passé de 49.9 % en 1996 à 51.3 % en 2014. Le taux de croissance du taux de soutien économique, négatif depuis les années 1950, est devenu positif (0.2 %) depuis 2007., ce qui indique l'ouverture de la fenêtre du premier dividende démographique de la Guinée. Ce dividende démographique pourrait atteindre son niveau maximal à partir de 2035 si des politiques de population adéquates sont mises en œuvre, conformément au plan national pour le développement économique et social 2016-2020 (pndes), volume 1.

Le Plan National pour le développement économique et social 2016-2020 est un plan d'intégration des différents cadres stratégiques ou programmatiques en cours ou prévus pour la mise en œuvre future. Le pndes tient compte en particulier des principaux programmes régionaux et internationaux, la vision 2020 de la CEDEAO, la vision 2063 de L'Union Africaine pour une transformation structurelle du continent et des objectifs de développement durable (ODD) d'ici à 2030.

Votre gouvernement reconnaît-il l'importance de la production scientifique d'organes génétiquement modifiés pour améliorer la production de protéines animales ?

En général, les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont considérés comme présentant une grande valeur pour la production. L'introduction d'OGM dans l'aquaculture permet d'accroître la production de protéines animales dont les pays en développement ont besoin. Les OGM peuvent également améliorer la qualité des produits aquatiques, réduire les coûts de production, améliorer les micronutriments et améliorer la composition nutritionnelle des produits, accroître la résistance aux maladies et contribuer à la sécurité alimentaire. Il y a cependant de nombreuses controverses autour de l'introduction d'OGM dans les systèmes de production aquacole. On peut noter que les espèces aquatiques transgéniques peuvent modifier leur métabolisme et celle des autres espèces. Ils peuvent également se propager rapidement au point de menacer les espèces non transgéniques, ce qui perturbe les environnements dans lesquels elles sont autorisées à évoluer. Certaines recherches ont montré que les croisements entre les espèces transgéniques et les espèces non modifiées ont produit des espèces moins viables.

Compte tenu de ces problèmes et de ces menaces, il apparaît clairement que l'utilisation d'ogm nécessite, outre l'aspect technique, des dispositions juridiques et réglementaires très claires et un contrôle et un contrôle vigoureux. Le rôle de la recherche et des techniciens est très important pour orienter les politiques sur les OGM, qui devront être évalués au cas par cas.

Quel est le lieu de l'aquaculture dans la structure alimentaire offerte à sa population ?
Le développement économique, social et culturel de l'aquaculture est considéré en République de Guinée, une tour d'eau en Afrique de l'ouest, qui constitue une alternative importante à l'approvisionnement régulier des protéines d'origine animale. Le développement de l'aquaculture est considéré comme une occasion de contribuer à la sécurité alimentaire, à la création d'emplois et à la lutte contre la pauvreté.

Afin d'améliorer la pêche et l'aquaculture en Guinée, nous avons organisé une évaluation globale du secteur pour évaluer de manière critique les politiques passées. Comme suite logique à cette évaluation, des mesures correctives ont été proposées et sont susceptibles d'aider à améliorer la situation du développement de l'aquaculture. Parmi ces mesures, les résultats de l'évaluation ont souligné la nécessité d'entreprendre une réforme institutionnelle et réglementaire. Il en est résulté la création d'une Agence Nationale de l'aquaculture chargée de coordonner et de surveiller toutes les activités, programmes et projets touchant ce secteur.

Nous souhaitons établir des partenariats fructueux avec d'autres pays qui ont réussi à gérer rationnellement cette activité afin de préparer l'avenir à plus long terme en jetant les bases d'une gestion rationnelle et durable de l'aquaculture par des opérateurs motivés, compétents, honnêtes et responsables, Ce qui permettra à la Guinée de tirer tous les avantages qu'elle peut espérer. Il s'agit d'accroître la production aquacole nationale afin de contribuer à la croissance économique, à la sécurité alimentaire, à la réduction de la pauvreté, à la création d'emplois et à l'amélioration des revenus tout en préservant l'environnement

Parmi les activités actuellement menées dans ce secteur, on peut notamment : Pisciculture en Guinée "Forestière". nous avons l'intention de développer cette opération en une ferme de poisson semi-intensive intégrée aux activités agricoles (pisciculture associée à la culture du riz, de la volaille, du porc ou de la petite production de ruminants) . Nous espérons pouvoir produire des poissons à faible coût qui seront à la disposition des familles à faible revenu, diversifier la production des agriculteurs et améliorer leurs revenus, l'élevage de crevettes, l'élevage d'huîtres et la pisciculture Marine en basse-Guinée. La Pisciculture Continentale dans les étangs et les réservoirs d'eau en haute-Guinée, l'élevage de poissons dans les inondation en Guinée centrale et l'exploitation de réservoirs de barrages Hydro-agricoles et hydroélectriques.

En tant que président nouvellement élu de L'Union Africaine (UA), la production et le traitement des denrées alimentaires sont-ils une priorité pour répondre aux besoins des africains à travers le continent ?

L'autonomie et l'indépendance alimentaire sont l'un des principaux objectifs assignés à L'Union Africaine. En 2014, en Guinée équatoriale, les chefs d'état du continent ont adopté la déclaration de malabo sur l'accélération de la croissance et de la transformation de l'agriculture en Afrique pour une prospérité partagée et de meilleures conditions de vie. Grâce à cette déclaration, nous nous sommes engagés à éliminer la faim en Afrique d'ici à 2025. Nous nous sommes également engagés à améliorer l'état nutritionnel de nos populations, en particulier pour éliminer la malnutrition, réduire les retards de croissance de 10 % et ceux qui présentent une insuffisance pondérale. De 5 % D'ICI 2025.

Ces priorités seront réalisées par : I) doubler la productivité agricole ; II) réduire de moitié les niveaux actuels de pertes après récolte ; et III) L'intégration de mesures visant à accroître la productivité agricole par des initiatives de protection sociale qui sont dirigées contre des groupes sociaux vulnérables en engageant des actions de protection sociale qui sont destinées aux groupes sociaux vulnérables en Lignes budgétaires dans nos budgets nationaux.

Dans le cas de la Guinée, ces engagements pris par mon gouvernement au niveau continental ont coïncidé avec la révision de la politique nationale de développement agricole, qui s'est terminée en 2015. Dans le développement de notre nouvelle politique agricole, ces dispositions sont incluses dans une stratégie stratégique de développement rural. Plan qui s'accompagne d'une feuille de route ciblée pour mon pays.

À Malabo, en 2014, nous avons également adopté le cadre politique et la stratégie de réforme de la pêche et de l'aquaculture en Afrique, qui vise à accélérer la croissance de l'aquaculture au niveau continental en Afrique.

En tant que président nouvellement élu de L'Union Africaine, je travaille avec mes collègues pour soutenir la mise en œuvre des engagements de malabo et, à cet égard, le sommet des chefs d'état et de gouvernement de L'Union Africaine, qui se tient en janvier 2018, est consacré au suivi de la Mise en œuvre des engagements visant à faire preuve de responsabilité mutuelle dans les actions et les résultats de la mise en œuvre de la déclaration de Malabo.

L'Aquaculture et les fruits de mer jouent-ils un rôle pour répondre aux besoins alimentaires de la population africaine croissante ?

Au niveau continental, nous faisons la promotion du développement de l'aquaculture en s'adressant à trois facteurs principaux : I) accroître la demande de poisson par nos populations, (II) l'amélioration de l'environnement des investissements ; et III) la réduction du risque de production. La population de la classe moyenne et l'augmentation de la population péri-Urbaine, combinée au développement économique du continent, a entraîné une demande croissante de poissons. Comme la plupart de nos ressources marines sont surexploités, cette augmentation de l'offre de poisson peut être attribuée au développement émergent de l'aquaculture. Cette situation confirme que l'exploitation rationnelle et judicieuse du potentiel aquacole est la manière la plus appropriée de fournir des protéines animales aux populations. La densité du réseau hydrographique, les réservoirs d'eau (Lacs, hydraulique agricole) offrent d'immenses perspectives de développement de l'aquaculture.

Quelles sont vos priorités en plus de développer une production alimentaire saine, abondante et abordable ?

Pour maintenir une bonne croissance économique dans les années à venir, nous avons identifié huit priorités qui ont un impact direct sur le bien-être de notre population, la vie et les moyens de subsistance de nos citoyens dans tous les domaines de la vie.

Ces priorités sont les suivantes :
1. Le développement du capital humain en accordant la priorité à la santé, à l'éducation, à la science, à la recherche, à la technologie et à L'Innovation.
2. Développement de l'agriculture et transformation des produits agricoles
3. Promouvoir un développement économique inclusif grâce à l'industrialisation, au développement des infrastructures, à l'agriculture, au commerce et à l'investissement.
4. Paix, stabilité et bonne gouvernance.
5. L'intégration des femmes et des jeunes dans toutes les activités de L'Union Africaine.
6. Mobilisation des ressources.
7. La construction d'une union de peuples par la communication active et la promotion de l'image de L'Union.
8. Renforcer la capacité institutionnelle de tous les organes de décision, car dans les domaines de l'aquaculture, nous disposons du cadre politique et de la stratégie de réforme de L'Union Africaine qui fixe l'objectif du continent de relancer l'aquaculture durable dirigée par le marché grâce à une variété de produits Des stratégies. Le cas échéant, nous soutenons les approches de développement de l'aquaculture par des plans stratégiques et de mise en œuvre énergiques.

Il faudra : I) créer un environnement propice ; II) créer un centre africain d'excellence pour l'aquaculture (III) les stratégies et plans d'intégration dans les plans nationaux de développement, en particulier le programme intégré pour le développement de l'agriculture en Afrique (caadp).

Le thème de L'Union Africaine cette année est : "récolter les dividendes démographiques en investissant dans la jeunesse". quelles sont vos autres priorités et pourquoi ?

Le développement du secteur agricole est le principal levier du développement de l'Afrique. Le principal levier du développement de la Guinée est l'agro-Industrie. Les Mines peuvent certainement être l'un des leviers, mais pas l'effet de levier. Nous ne contrôlons pas les prix des produits de base dont les prix sont fixés à Londres, à Washington ou à Montréal.
L'Afrique doit être plus innovante, plus productive et plus compétitive pour réussir son " émergence C'est pourquoi nous avons engagé des réformes au niveau de L'Union Africaine pour améliorer son fonctionnement et promouvoir son évolution. L'Afrique avance et est entendue quand elle est unie et parle d'une seule voix. Ainsi, chacun des défis majeurs qu'elle doit relever, l'agriculture, l'énergie, les conflits, l'immigration, le commerce, etc. A été confié à l'un de nos chefs d'état. De même, afin d'être en accord avec nos ambitions légitimes d'indépendance ces derniers mois, un projet de réforme institutionnelle de L'Union Africaine dirigé par le président Rwandais Paul Kagame prévoit d'utiliser 0.2 % des importations pour financer le corps pan-Africain.

Source: aquacult

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER