La grosse colère du journaliste Amadou Diouldé Diallo sur l'abandon de Télimélé par l'Etat

La grosse colère du journaliste Amadou Diouldé Diallo sur l'abandon de Télimélé par l'Etat
0 commentaires, 25 - 7 - 2017, by admin

Par Amadou Diouldé Diallo à Conakry
Alors que la préfecture devait etre la plaque tournante des échanges entre la Basse et la Moyenne Guinée, à cause de sa position géographique privilégiée, limitrophe de 8 préfectures, Kindia, Boffa, Dubreka, Boké, Fria, Gaoual, Lélouma et Pita, Télimélé se meurt chaque jour un peu plus. Ce, malgré ses riches potentialités naturelles, l'exclusion et l'injustice dont sont victimes ses fils qui sont allés à l'école des blancs, dans l'administration guinéenne;particulièrement sous le régime de Alpha Condé, rejoignant de fait leurs frères peuls, alors que Télimélé, comme son nom l'indique, ( l'arbre ayant l'appellation Téli en Pular, est Méli en soussou), est multi-ethnique et multiculturel.
La préfecture est certainement victime de cette batardise à la fois administrative, géographique et historique qui fait qu'elle constitue une sorte de balançoire entre deux régions dont les habitants, frères parfois biologiques, et les politiciens ne se souviennent de leurs voisins que quand il s'agit de voter. Alors, guidés par certains de nos frères qui cherchent soit à consolider une place de bas étage, difficilement obtenue, soit en avoir une, selon des promesses qui, généralement, ne sont pas tenues.
Deux ministres seulement en 59 ans d'indépendance ( feus Ibrahima Bah, dit Jules de Menyéré et Général Mamadou Korka Diallo de Brouwal Sounki), alors que Gaoual, le voisin par exemple, avait 5 ministres dans le gouvernement de Lansana Conté. Et, qu'aujourd'hui, Kankan, Siguiri et Kouroussa ont le monopole d'au moins 60 pour cent de l'administration civile et militaire.
Télimélé est également inscrit aux abonnés absents dans tous les secteurs. Un seul préfet sur 33, celui de Pita, Ibrahima Kaaba. Pas de secrétaire général ou chef de cabinet de ministère, encore moins de directeurs nationaux ou de chefs de division.
Comme si la préfecture n'a jamais envoyé un de ses fils à l'école. Pourtant, ils sont réputés intelligents voire meme brillants par ceux qui ont partagé le banc avec eux. Mais, non ! Ils sont les oubliés de la république, comme si jamais leurs parents n'ont payés le moindre impôt..
C'est pourquoi, j'ai été révolté de voir sur les réseaux sociaux nos soeurs instrumentalisées par d' obscures personnes aux desseins inavoués, marcher pour magnifier Alpha Condé à cause de 10 kilomètres de bitume, comme si c'était son argent.
Quel bitume d'ailleurs? Juste pour berner les populations alors que la corruption a atteint le seuil de l'intolérable et qu'Alpha Condé, selon madame Doussou Condé, disposerait de 2 milliards de dollars à Dubai ou son fils occuperait le 27e étage d'un immeuble de luxe. Sans compter l'achat en France d'un champ de blé pour se construire un chateau.
De qui se moque alors Alpha Condé et ses chargés de mission à Télimelé? De nous les fils de Télimélé, naturellement, dont la plupart sont analphabètes et ne comprennent donc rien à la gestion du pays, s'ils ne sont pas à l'extérieur ou dans aucune ambassade, à part celle du Canada (ma cousine, Adama Kouyaté y est comme financier), vous ne trouverez aucun de nous.
Mais cette fois-ci, face aux échéances électorales à venir, nos frères qui mangent dans la sauce de alpha Condé,nous trouveront sur le terrain, dans ans l'arène de ce terroir qui nous a vu naitre, où reposent certains de nos parents et grands-parents, terroir auquel nous devons un attachement ombilical.
Nous dirons à nos frères et soeurs que Alpha Condé n'est bon pour la Guinée. A plus forte raison pour Télimelé,avec l'assurance d'etre écouté et entendu. Ma fière préfecture se meurt. Aujourd'hui à Conakry, après la mort du général Korka, un fils de Télimélé, notre chère préfecture n'a personne à contacter sur le champ en cas d'urgence absolue signalée, tandis que les autres, particulièrement ceux de la Haute-Guinée, sont dans l'embarras du choix, tant ils ont, entre leurs mains, tous les leviers de l'Etat. Ils jouissent pleinement et arrogamment de ses revenus.
Télimélé, n'est ce pas toi qui abrita la capitale du Royaume Dénianké de Koly Tenguéla à Guemè-Sangan ? Dis-moi: Télimelé, n'est ce pas toi qui accueillit l'Almamy Bocar Biro Barry après qu'il eut été chassé de Timbo et qui le ramena triomphalement dans la capitale du Fouta Théocratique avec une puissante armée constituée du Kébou et du Monoma,sous la direction du "Helayanké" Thierno Amadou Kidiré?
Ceux qui étaient à la terrible bataille de Pètel Djjiga, et ceux qui en ont entendu parler, connaissent la bravoure de tes fils, au point que le Kebou est devenu avec Koin (Tougué) les unités d'élite de l'armée foutanienne. Il est donc inadmissible qu'avec tous ses hauts faits de gloire, tu sois un oublié de la république qui se laisse berner par les fausses promesses et les illusions chimériques de Alpha Condé.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER