Une Chinoise gagne 6,1 milliards de dollars en sept jours

Une Chinoise gagne 6,1 milliards de dollars en sept jours
0 commentaires, 13 - 1 - 2018, by admin

Yang Huiyan, actionnaire majoritaire de «Country Garden Group», a porté sa fortune à 29,7 milliards de dollars au 10 janvier.
Un enrichissement stratosphérique. À 36 ans, la milliardaire chinoise Yang Huiyan a vu sa fortune croître de 6,1 milliards de dollars en seulement sept jours de marché en 2018, rapporte le groupe financier Bloomberg . Une performance qui fait grimper sa fortune personnelle à 29,7 milliards de dollars au 10 janvier. Les actions du groupe «Country Garden Holdings», spécialisé dans l'immobilier et dont elle est actionnaire majoritaire, ont augmenté de 24% cette année (jusqu'au 10 janvier). Et au cours de la dernière année, les actions du groupe avaient plus que quadruplé, dans un contexte de gains spectaculaires pour les grands promoteurs chinois.
Seul Jeff Bezos - le patron d'Amazon - a pour le moment fait mieux que Yang Huiyan en 2018: sa fortune a progressé de 6,6 milliards pour atteindre 106 milliards de dollars. Yang Huiyan est la quatrième milliardaire de Chine, si on se fie au classement de Forbes, derrière le promoteur immobilier Hui Ka Yan, l'homme d'affaires Ma Huateng - qui a fait fortune dans les services internet et mobiles - et le PDG d'Alibaba Jack Ma.
Héritage de son père
La jeune femme doit cette immense fortune à son père. Dès 2007, alors âgée de seulement 26 ans, Yang Huiyan était déjà sacrée «personne la plus riche d'Asie» par le magazine américain Forbes, avec un patrimoine valorisé à 16,2 milliards de dollars. Deux ans plus tôt, en 2005, son père Yang Guoqiang - fondateur du conglomérat Country Garden - lui avait transféré près de 70% des actions «en raison de son intention de former Yang Huiyan comme successeur». La fièvre boursière, alimentée par l'essor de la construction immobilière pour la classe moyenne chinoise, a contribué à son enrichissement.

Peu d'informations filtrent sur la vie personnelle de Yang Huiyan, si ce n'est qu'elle a épousé le fils d'un haut fonctionnaire chinois en 2007. Par ailleurs, Yang Huiyan serait impliquée, parmi 22.000 autres princes rouges, dans des opérations financières dans les paradis fiscaux, révélées en 2013 dans le cadre des «Offshore Leaks». Les bureaux d'UBS à Hongkong l'auraient notamment assistée dans la création en 2006 d'une société dans les îles Vierges britanniques.
In lefigaro.fr

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER