Fodéba Isto Kéïra:" je demande aux anciens joueurs du Syli de se former..."

Fodéba Isto Kéïra:
0 commentaires, 12 - 3 - 2018, by admin

Par Mamadou Saliou Diallo
Les anciens du onze national sont ils en train de sombrer dans les oubliettes ? Sont-ils livrés à eux-mêmes, sans la moindre assistance de l’Etat ?
Non ! Répond le secrétaire général du ministère de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique. Dans un entretien exclusif à nouvelledeguinee.com, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports du Conseil National pour la Démocratie et le Développement soutient à cor et à cri que les anciens du Syli National sont au centre des préoccupations du département dirigé, aujourd’hui, par Bantama Sow.
« « Il y’a deux cents anciens joueurs qui sont engagés par le gouvernement. Ils sont tous des fonctionnaires. Il faut reconnaître les efforts que ceux-ci ont fourni dans le cadre de la reconnaissance de notre pays. ( …) », révèle Fodéba Isto Kéïra.
Avant d’ajouter : « Nous avons une vision pour ces joueurs là qui méritent respect et considération », répète-t-il l’envi au micro de nouvelledeguinee.com.
Le ministère de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique a beau envie de faire quelque chose de positif pour les anciens tricolores Guinéens. Mais, le numéro 2 du département invite ces derniers à fournir aussi des efforts pour apprendre. Selon Fodéba Isto Kéïra, la formation est incontournable pour ceux d’entre eux qui souhaiteraient restés toujours actifs dans le domaine du football.
« J’insiste sur le volet formation. (…) Vous ne pouvez pratiquer que lorsque vous avez appris. J’incite nos anciens footballeurs à se former, à se former. C’est à partir des diplômes que certaines grades que certaines organes de décision peuvent être accessibles ».
« Je souhaiterais, poursuit Fodéba Isto Kéïra, qu’ils (NDLR : anciens joueurs du Syli National ) se forment dans le domaine du football (…) Ils peuvent être des assistants, des maîtres d’internant, ils peuvent être des intendants, ils peuvent être des managers. Ce sont des activités para-sportives qui sont, aujourd’hui, exclusivement réservées aux anciens footballeurs. Ils peuvent même être des consultants aussi au niveau des radios et des télévisions (…) Il y’a parmi eux des intellectuels. Maintenant, ceux qui ne peuvent pas faire ce travail, ils pourront faire de la consultation dans nos différentes langues nationales (…) ».
Et lui d’annoncer cette nouvelle qui pourrait contenter les anciens de la sélection nationale : « Nous sommes en train de rechercher des fonds pour reconvertir beaucoup d’entre eux pour qu’ils deviennent des moniteurs, des formateurs au niveau des communes, des sous-préfectures, des préfectures. Aujourd’hui, malheureusement, tout a migré vers Conakry. Nous voulons que les 33 préfectures aient des animateurs sportifs. Surtout, au niveau du football. Je vous rappelle que la plupart des anciens joueurs du Hafia Football Club, qui a été le triple Champion d’Afrique, sont venus de l’intérieur du pays. Kindia, par exemple, a toujours été la pépinière du football. N’Zérékoré, Labé, Mamou pour le basket-ball. Donc, nous sommes conscients de cela ».
« Nous sommes en train de mettre ce programme de reconversion des anciens footballeurs pour qu’ils puissent décemment finir leurs derniers jours. C’est important qu’on cesse de rendre hommage à nos gloires culturelles, sportives ou dans d’autres secteurs à titre posthume. Lorsqu’ils sont vivants, je crois que c’est plus important de leur retourner l’ascenseur. Aujourd’hui, notre département est dans ce sens », conclut l'ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, interrogé par nouvelledeguinee.com
Reste à savoir si ces belles promesses vont être concrétisées dans les meilleurs délais.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER