Ce que Lansana Kouyaté pense des " crimes" commis en Guinée depuis 1958

Ce que Lansana Kouyaté pense des
0 commentaires, 26 - 7 - 2018, by admin

Par Tierno Yimbering Diallo
Au pays du " professeur" Alpha Condé, à chaque régime ses " crimes". De l'indépendance, arrachée, avec fracas, en 1958, au jour d'aujourd'hui, plusieurs milliers de personnes auraient été tuées pour des raisons purement politiques par les différents régimes qui se sont succédés à la tête de la Guinée.
Du tristement célèbre " Camp Boiro" à l'affaire Diarra Traoré, en passant par les événements tragiques de janvier-février 2007, les massacres du 28 setpembre ou encore les repressions sanglantes des manifestations d'opposants sous le règne de Alpha Condé, les survivants ou proches des vicitmes de ces " crimes" d'Etat réclament toujours vainement justice. En attendant le " reveil" de Dame Thémis, le leader du Parti de l'Espoir pour le Développement National estime qu'il est grand temps que les Guinéens assument leur passé. Histoire de pouvoir aller de l'avant.

" (…) Tout ce qui s’est passé est lourd. Mais, est-ce qu’on doit avoir honte de porter notre histoire ? C’est notre histoire", reconnaît d'emblée, au micro de nouvelledeguinee.com, l'ancien premier ministre du gouvernement de large consensus.
" Tous les pays ont eu des histoires lourdes (…) Les pays européens sont aujourd’hui des pays épanouis. Mais, il faut savoir que c’est quatre pays au monde, je ne dis pas cinq, mais quatre qui n’ont pas subis la colonisation de l’Europe : le Japon, la Thaïlande, les deux Corée et le Libéria. L’Europe a colonisé partout", rappelle le patron du Pedn.

" (…) Je veux la clarté. Tout ce qui n’est pas clair est source de conflit. C’est l’un des premiers actes que je poserai. La justice, on l’évoquera. C’est pour l’exorciser", promet Lansana Kouyaté s'il remporte la course à " Sékhoutouréyah" en 2020.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER