Affaire Kéléfa Sall: " c'est très grave", déplore Ousmane Kaba du PADES

Affaire Kéléfa Sall:
0 commentaires, 26 - 9 - 2018, by admin

Par Hassane Barry
Retour au bercail du leader du PADES. Après une tournée dans le nouveau monde ( USA ) et sur le Vieux Continent ( Europe ), Ousmane Kaba est rentré à Conakry, théâtre de nouvelles convulstions politiques nées de la crise qui frappe de plein fouet la Cour Constitutionnelle en raison de l'affaire Kéléfa Sall, a constaté nouvelledeguinee;com.
Pour sa première réaction au sujet de cette crise majeure à cause de laquelle " Sékhoutouréyah" fait face, à nouveau, à une zone de turbulence politique, le président du PADES, quoique très prudent, condamne les agissements de certains membres qui veulent se payer la tête de Kéléfa Sall. Celà, vaille que vaille.

" Ma position, c'est que je supporte la stabilité de la Constitution", déclare, d'emblée, le leader du PADES. Avant d'ajouter: " j'ai estimé, d'un point de vue politique, que, c'est la première étape dans la manipulation constitutionnelle. Ce n'est qu'une première étape (...) S'il y'a des délits, il faudrait que ces délits soient constitués, que ces délits soient jugés par la Cour Suprême (...) Moi, je pense que c'est une première étape pour déstabiliser la constitution pour empêcher l'alternance ( en 2020 ) qui est déjà inscrite dans la constitution".
"C'est très grave. On a une déstabilisation programmée (...) Les textes nous disent que s'il y a infraction, elle doit être constatée par la Cour Suprême. Parce qu'on ne peut pas se faire justice. On ne se fait pas justice soi-même, même si on est juge", poursuit l'ancien allié et ancien ministre conseiller du président de la république, Alpha Condé.
Et Ousmane Kaba de conclure: " (...) Je ne prends pas la défense de monsieur Kéléfa Sall parce que c'est monsieur Kéléfa Sall. Je ne suis pas partisan. Ce que je dis; il faut respecter la loi".
L'ancien argentier de l'Etat entend convoquer incessamment une réunion de crise au sein du PADES dans l'optique de trouver les voies et moyens de faire respecter la loi à la Cour Constitutionnelle.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER