Antonio Souaré à propos du Centre Sportif de Yorokoguia: " aujourd'hui, le football est le plus grand centre d'affaires"..."

Antonio Souaré à propos du Centre Sportif de Yorokoguia:
0 commentaires, 9 - 7 - 2015, by admin

Antonio aime faire les choses en grand. Il est en train de prouver cela à travers la réalisation du Centre Sportif de Yorokoguia, dans la préfecture de Dubréka. Bâti sur 11 hectares, avec un stade flambant neuf de 15 000 places, un hôtel 5 étoiles, une académie, excusez du peu... le futur Centre Sportif " Antonio Souaré" de Yorokiguia pourrait faire des jaloux même dans la sous-région. Et pour cause, il est le futur plus grand centre de ce genre dans l' Ouest Africain. Dans une interview accordée à notre confrère Sega Diallo, le patron du groupe Business Marketing s'est prononcé pour la première fois sur ce chantier " pharaonique" en train d'être réalisé à coup de plusieurs millions de dollars et dont la finition est prévue, au plus-tard, en 2017. Interview ... Football Factory: d'où vous êtes venu l'idée de construire ce centre ? Antonio Souaré : l'idée m'est arrivée tout simplement parce que le football, c'est ma passion. Comme j'aime dire aux gens, le sports, c'est dans mon sang. Quand j'ai pris les destinées du club Horoya, je me suis fixé un programme. Un programme destiné à construire un grand club. Pour aider le football guinéen, les footballeurs Guinéens, la jeunesse Guinéenne, pour aider toute la nation, il fallait un très bon programme. Pour cela, il fallait la base. La base, c'est quoi ? C'est l'école. L'école, c'est quoi ? C'est le Centre de Formation. Il faut faire l'académie, Et grâce à cette académie, les jeunes vont commencer par le sports-études, Cela va nous permettre de sortir de grands athlètes, d'avoir un football de haut niveau. Donc, l'idée m'est venue comme ça. Je me suis fixé un programme de 2013 à 2017. J'ai réalisé ces infrastructures pour le développement du football en Guinée. Donc, je pense que si on n'a pas la base, il serait très difficile de gérer le sommet. Football Factory: pouvez-vous nous parler de ce grand centre ? Antonio Souaré: Le centre est bâti sur 11 hectares. La première partie, qui abrite les dortoirs et les salles de cours, ça c'est l'académie. C'est la première partie. La deuxième partie, c'est la partie destinée aux loisirs et à l’hébergement. C'est-à-dire,d es hébergements de haut standing pour permettre aux grandes équipes nationales, aux grands clubs du monde entier de venir prendre leur retraite ici ou de venir ici pour leur préparation. Ceci est fait dans le sens d'un retour sur investissement. La troisième partie, c'est la partie professionnelle où vous avez cinq terrains et un terrain de compétition de 15 000 places. C'est ce qui sera la partie professionnelle. Plus loin, vous avez l'académie avec ses deux terrains destinés à l' apprentissage des jeunes âgés de 12 à 19 ans, toutes catégories. Ce sont ces jeunes qui seront formés à l'académie. La troisième partie ou partie loisirs est dotée de trois blocs: un hôtel 5 étoiles, un restaurant qui va prendre 1 000 couverts avec des salles amovibles. Au niveau de la partie professionnelle, vous avez tout ce qui est administration du football, les salles de musculation, quatre terrains synthétiques d'entraînement, un terrain, selon les normes de la FIFA, en sable, et le grand terrain que nous allons terminer, pour un premier départ, à 5 000 places, puis, avec une extension à 15 000 places pour qu'on puisse abriter des compétitions internationales. Vous aurez, enfin, un autre bâtiment dont la construction n'a pas encore commencé, qui va servir de logements aux clubs qui n'ont pas assez de moyens. Donc, le Centre est ouvert à tout le monde. Ouvert aux Guinéens et à toute la sous-région. Football Factory: quelles sont vos ambitions pour ce centre ? Antonio Souaré: Notre ambition, c'est d'être mieux que " Diambar" ( Centre de Formation Sénégalais ndlr ). C'est pourquoi, nous avons fait un hôtel de 5 étoiles. Là, économiquement, il y'aura un retour sur investissement, ça va faire d'ici une grande destination. Vous savez, la plage de Bel Air n'est pas loin d'ici. Et, puis, nous sommes au pied de la Montagne du " Chien qui fume". A partir de cette montagne, le circuit sportif qui sera créé va permettre aux gens de faire des randonnées et consorts. Aujourd'hui, dans le football, il faut créer le mécanisme censé rapporter de l'argent au football. Football Factory: mais, actuellement, ça ne vous rapporte rien.... Antonio Souaré: c'est vrai, actuellement, ça ne me rapporte rien. Mais, c'est à partir de ce Centre qu'on aura un retour sur investissement. Et ce retour nous permettra d'investir beaucoup plus et va nous permettre aussi de projeter d'autres projets pour servir la jeunesse Guinéenne. Football Factory: quel sera le mécanisme entre le club Horoya et cette académie " Antonio Souaré" ? Antonio Souaré: le Horoya est un club. Le Horoya va se servir du Centre de Formation comme tous les autres clubs. Mais, cette académie est faite pour tout le monde. Elle va sortir des centaines de joueurs qui ne seront pas absorbés exclusivement par Horoya. Ce Centre est fait pour tous les clubs guinéens, pour tous les clubs d' Afrique. Mais aussi, c'est fait pour ceux qui iront à l'interne, parce que d'autres joueurs seront mis sur le marché sur le plan national, africain et international. Nous voulons " créer" une génération comme celle qui a ramené le trophée de la dernière Coupe d' Afrique des Nations à la Côte d' Ivoire. Il faut être ambitieux et jaloux, mais, dans le bon sens. Aujourd'hui, nous souhaitons avoir une génération ( de footballeurs ndlr ) qui peut apporter le bonheur au peuple de Guinée, qui peut transformer ce Syli National, qui peut apporter aux Guinéens la joie que les autres peuples ont connue. Il faut, maintenant, que nous ayons des trophées au niveau africain et au niveau international. Il faut que nous participions à la Coupe du Monde de football. Les autres ne sont pas mieux que nous. Les Centres, les académies nous manquaient, c'est ça le problème. Quand vous n'avez pas tout ce mécanisme, le football ne progressera pas. Vous savez qu'au jour d'aujourd'hui, le football est moderne. Le football aujourd'hui, c'est le plus grand centre d' affaires sur tous les plans. Ce Centre va créer des centaines d'emplois: des enseignants, des professeurs, des formateurs, des cuisiniers, des médecins, des hôteliers... Tout le monde va se retrouver ici. En termes de retombées pour le pays, de grands clubs européens pourront venir quand ils seront en hiver la bas. Quand ils cherchent le soleil, ils pourront venir chez nous et y trouveront toutes les installations, logeront à Yorokoguia ici pour une semaine, 15 jours , ou un mois. Voilà, entre autres, des retombées pour l'académie, le centre et pour le football guinéen. Football Factory: est ce que vous faites des plaidoyers au niveau des autorités guinéennes pour développer les infrastructures sportives dans les autres régions du pays ? Antonio Souaré: nous travaillons d'une façon linéaire. J'ai effectivement plaidé auprès des autorités. Nous allons mettre les gazons très bientôt à Boké, à Kindia, à Mamou, à Labé, à Faranah, à Siguiri, à N' Zérékoré, à Kissidougou. Pour un départ, tous ces terrains seront synthétisés, et dans les plus brefs délais. Je me bats pour ça depuis 2 ans. Pourquoi nous, nous jouons sur les synthétiques et les autres sur les graviers ? Aujourd'hui, on a peur une peur bleue quand on a match à Siguri, parce que c'est du gravier. J'ai des joueurs qui n'ont jamais joué sur des graviers. Les joueurs de Siguiri ne sont aps des animaux. Ce sont des êtres humains. Nous allons les mettre tous au même niveau. C'est l'une des raisons, pour lesquelles d'ailleurs, j'ai demandé la création de la Ligue Professionnelle. Heureusement d'ailleurs, bientôt la date butoir fixée par les Instances Internationales de Football exigeant de tous les pays la création de Ligues Professionnelles. Il faut que toutes les équipes guinéennes jouent dans les normes internationales, sur des terrains homologués. Sinon, notre football n'ira nulle part. Il faut faire de telle manière, aujourd'hui, que les équipes de première, deuxième division, les équipes nationales jouent sur des terrains homologués. Personnellement, je me bats pour ça. Mon staff se bat pour ça. Donc, les terrains que je viens de citer seront gazonnés dans quelques mois. Football Factory: quand est ce que vous aurez les clés du Centre ? Y'a-t-il un délai ? Antonio Souaré: vous avez vu; les gens travaillent par groupe. Ce sont des sociétés différentes qui travaillent. Nous avons signé avec une entreprise. Et cette dernière a emmené d'autres entreprises professionnelles qui travaillent. Il y'a même des entreprises étrangères. Mais, c'est en deux phases: la première phase concerne les bâtiments de l' académie qui sont d'ailleurs fini. Les équipement sont déjà sur place. Le gazon pour les deux terrains est arrivé. Les Marocains qui travaillent les terrains se sont engagés à finir leur travail dès après le Mois de Ramadan. L'académie sera bientôt prête aussi. L'ingénieur a promis de nous remettre en septembre prochain les clés de l' hôtel 5 étoiles. Donc, nous allons profiter pour faire l'inauguration vers le début de l'hôtel, du restaurant, des piscines et de l'académie vers le début du mois d'octobre ( 2015 ndlr ). Tout ça va appartenir à la nouvelle saison. En ce qui concerne la partie professionnelle , d'ailleurs il y'a 5 terrains qui viennent par bateau de la Chine, donc, dans deux semaines, tout le terrassement sera terminé. Disons, dans deux mois, dès que le gazon en provenance de la Chine sera à Conakry, ces quatre terrains seront prêts. Mais, le grand terrain ne sera prêt qu'en 2017. Football Factory: dans deux ans, est ce que des matchs du championnat vont se jouer ici ? Antonio Souaré: En tout cas, nous ( Horoya ndlr ) ,nous jouerons ici nos matchs de championnat et nos matchs internationaux. Parce qu'on a fait un stade moderne, la place de la presse est là comme dans les autres pays, les vestiaires sont faites sur les normes internationales, les VIP sont fait sur les normes internationales, Nous allons inaugurer, en 2017, le stade fini avec 5 000 places. Mais, son extension est prévue pour 15 000 places. Interview réalisée par Sega Diallo Décryptage: Mamadou Saliou Diallo www.nouvelledeguinee.com

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER