Général Konaté, un homme, un destin !

Général Konaté, un homme, un destin !
0 commentaires, 7 - 6 - 2017, by admin

On n'a nullement besoin de révisiter la charte de Kouroukanfunga ( Mandenkalikan), adoptée en 1236 à Kangaba (actuel Mali), au lendemain de la victoire de Soundiata Keita sur Soumaoro Kanté, à Kirina, pour affirmer que les Konaté font partie des quatre familles régnantes (Mansabon-nani) du Manding. C'est donc tout à fait dans la logique et la normalité des choses que le Général Sékouba Konaté a présidé aux destinées de notre pays à un moment extrêmement sensible de son histoire. Période marquée par la fermeture de la parenthèse du pouvoir militaire qui s'était installé durablement en Guinée, au lendemain de la mort du premier président, Ahmed Sékou Touré en 1984.
Il n'est pas aisé de se retrouver au devant une telle scène, surtout quand vous n'y étiez pas préparé, ayant fait l'essentiel de votre carrière militaire au front contre les rebelles en Guinée Forestière, en Sierra - Léone et au Liberia, après de brillantes formations dans les accadémies marocaine, française et chinoise notamment.
Il n'est pas non plus donné à tout le monde, de tenir parole, de quitter le pouvoir sans aucune contrainte, de le rendre officiellement aux civils tout en invitant l'armée,à demeurer républicaine.
Quand on sait les honneurs et les privilèges liés à l'exercice du pouvoir suprême, surtout en Afrique, on doit tresser des couronnes au Général Sékouba Konaté ,qui sera très rapidement au service de l'Afrique en qualité de Commandant de la Force Africaine en Attente de l'Union africaine à Addis Abeba,en Ethiopie.
Sékouba Konaté et moi, avons en commun d'être des fils de la coloniale. Nos pères ayant consacré leur vie au métier des armes sur les fronts de l'Indochine et de l'Algérie. Nous sommes donc des fils des camps militaires pour lui, et de la garde républicaine pour moi. Lui, il y est resté en véritable héritier du Capitaine Doubany Konaté, et y est demeuré dans l'âme en partageant sa vie avec la princesse du beurre et du lait du Timbi, Aissatou Bah, la fille du commandant Bah Sidy, l'ancien médecin-chef des Forces Armées Guinéennes.
Comme quoi, le Général Sékouba Konaté respire et transpire militaire. Son commandement, tant de la voix que du geste, n'a jamais souffert d'hésitation. Et au front, il est toujours monté le premier aux avants postes, ouvrant le feu avant d'en donner l'ordre, chassant et pourchassant l'ennemi avec la fureur impitoyable et la dextérité de liane du tigre.
Cest pourquoi, le sobriquet lui colle comme de la latérite sur la peau, comme la parole d'honneur au noble, et la fierté au prince. Celui qui était jusque là en vogue surtout au Kaloum de sa naissance, "Panusky", est très peu usité de nos jours. Dites seulement "El TIGRE ". Même avec la peur au ventre, vous avez nommé Sékouba Konaté.
Le fils biologique du capitaine Doubany Konaté est tout aussi des généraux Lansana Conté, Kerfalla Camara, Facinet Touré, colonel Jean Traoré. Bref, de tous les officiers camarades de son père dont il est à la fois le dépositaire des forces et vertus militaires, mais aussi la solution à tous ceux qui de sa génération, ont voulu, dans une absolue violation de la discipline militaire, montrer des muscles et des menaces arrogantes à la fratrie des anciens..
C'est face à des protestations et revendications récurrentes et indécentes d'un groupe de soldats du Camp Alpha Yaya que le général Lansana Conté, déjà affaibli par la maladie, posa la question de savoir où était son fils spirituel Sékouba Konaté. A Macenta, lui répondit le chef d'Etat Major Général des Armées de l'époque. Sur place, ordre fut donné de le ramener au commandement du BATA (Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées) au Camp Alpha Yaya.
Sékouba Konaté arriva et rétablit aussitôt l'ordre au sein de cette unité d'élite de l'armée. Celui dont le nom est inscrit en lettres de marbre dans les annales de notre histoire,qui a rencontré les grands de ce monde, a des qualités exceptionnelles d'un meneur d'hommes. Discret, humble, affable. Mais rigoureux et ferme quand il s'agit du métier des armes, sur un front de guerre tout comme la gestion d'un pays, enfilant, par le mérite, la tenue du général DE GAULLE et son appel du 18 juin 1940 et le général GIAP, vainqueur de l'armée française lors de la mémorable bataille de DIEN BIEN PHU en Indochine.
Mais à l'analyse, tout cela ne peut pas être dit, écrit facilement comme une perméabilité de sable. Il ya bien des repères qui se manifestent, se conjuguent et se brassent comme les eaux de fleuves à leur confluent. Ce "Toron ", aire géographique et historique Tintioulen, Saana (sonvillage), Bissandougou, la capitale de l'empire du Napoléon des tropiques, l'Almamy Samory Touré, Komodou pour ne citer que ceux-là, est une terre labourée par la charrue de l'histoire dont les hauts faits illustrent encore la vie de ses habitants. Avec en prime et en souvenir, cette angélique beauté de Sarankenyi Konaté, celle là qui eut, pour elle seule, le coeur de Samory au faite de sa puissance et de sa gloire.
C'est l'une des plus belles créatures du Manding. Bien à l'opposé de la reine buffle, Sokolon Kédiou Condé, la mère de Soundiata Keita, mais se partagent les ors des palais, la grandeur et la majesté des lieux. Et ce n'est pas tout. Car Sékouba Konaté, c'est aussi Kissidougou, la ville à la lisière de la forêt, vivier divin de celles qui enfantent les grands hommes. Nna Aminata Fadiga de Albadarya, mère du président Ahmed Sékou Touré, Nna Bintou Savané de Maara, mère de Ismael Touré.
La mère de Abraham Kabassan Keita également est originaire de Kissidougou ainsi que celle de Ckeik Abdel Kader Sangaré, fils de Hadja Marie Camara, une Kouranko de Mafran. Tanty Jeanne, mère du général Sékouba Konaté,et bien d'autres connus ou anonymes, vient aussi de Kissidougou. Ajoutez-y le bijoutier du clair de lune, Camara Mamadouba, dit Maxime, fils du coin.
Certainement que le respect du pacte sacré scellé dans le village de Maara entre Tya (Sarakolles), Frensola (Kourankos-Lélé) et Faramaya (Malinkés), y est pour quelque chose. Tout comme d'ailleurs le bon voisinage avec le pays Kissi dont les villages de Fermessadou Pompo et Fermessadou Djibo constituent la porte d'entrée. Un regret. Après tant de services rendus à notre pays, Alpha Condé contraint pratiquement le général Sékouba Konaté à l'exil forcé. Une certitude: cet homme n'est pas encore fini. Il jouera un grand rôle en Guinée. Une fois encore. En apportant publiquement et officiellement son soutien à Cellou Dalein Diallo pour la présidentielle de 2020 ,en condamnant fermement la stigmatisation et l'exclusion des PEULS de la gestion politique de la Guinée, Sékouba Konaté envoie un signal aux ethnos et aux extrémistes de tout bord qui privilégient leurs intérêts au détriment de ceux de toute la Nation.
Le message du général Sékouba Konaté est à la fois fort et clair. Tous les Guinéens sont égaux en droits et en devoirs. Il n'y a et il ne saurait y avoir d'ethnie ou de région pour exercer le pouvoir politique suprême et d'autres pour la subir indéfiniment. 2020, c'est maintenant et le général Sékouba Konaté a déjà choisi son camp.
Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER