Ebola : deux malades fuient un centre de traitement, la Sierra Leone en alerte

Ebola : deux malades fuient un centre de traitement, la Sierra Leone en alerte
0 commentaires, 13 - 7 - 2015, by admin

La cavale des deux malades a été brève, mais suffisante pour que ces derniers entrent en contact avec la population. La Sierra Leone a annoncé lundi une alerte sanitaire en raison de la fuite, pendant quelques heures, de deux malades d'Ebola, alors que le pays tente d'enrayer la propagation de l'épidémie, repartie à la hausse depuis près de deux mois. Les deux malades sont une femme de 38 ans et une fille de huit ans, sans lien de parenté, qui ont réussi à s'échapper ensemble samedi matin du centre de traitement d'Ebola où elles étaient prises en charge à Hastings, dans la banlieue de Freetown, la capitale, a prévu le Centre national de lutte contre Ebola (NERC). Toutes deux ont été retrouvées samedi dans la soirée dans un lieu non précisé à la suite de messages d'alerte radiodiffusés et ont été reconduites au centre, d'après la même source. Actuellement, «nos équipes d'enquête de voisinage (+contact tracers+) et agents de surveillance sont en train de suivre leur parcours, pour identifier le nombre de personnes avec lesquelles elles ont été en contact durant la période de leur évasion», a précisé un porte-parole du NERC. Plus de 11 000 morts depuis décembre 2013 La semaine dernière, la Sierra Leone a annoncé la prolongation, pour une durée indéterminée, du couvre-feu nocturne (de 18 heures à 6 heures du matin) en vigueur depuis le 12 juin dans des zones affectées des régions de Kambia et Port-Loko (nord-ouest). Cette mesure avait initialement été décrétée pour une durée de 21 jours, durée maximale d'incubation du virus, et aurait dû prendre fin le 7 juillet. Elle durera «jusqu'à ce que nous arrivions à zéro cas», a précisé le chef du NERC, Palo Conteh, lors d'une conférence de presse à Freetown le 8 juillet. L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, est partie en décembre 2013 du Sud guinéen. Elle a fait plus de 11.200 morts sur plus de 27.600 cas, un bilan sous-évalué de l'aveu même de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Plus de 99% des victimes se concentrent en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, trois Etats voisins.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER