Présidentielle en France: Juppé n'exclut plus d'être le recours en cas d'abandon de Fillon, sous certaines conditions

Présidentielle en France: Juppé n'exclut plus d'être le recours en cas d'abandon de Fillon, sous certaines conditions
0 commentaires, 6 - 2 - 2017, by admin

Alain Juppé avait exclu "clairement et définitivement", la possibilité qu'il puisse être un recours au cas où le candidat de la droite et du centre empêtré dans le "Penelope gate", serait empêché de concourir pour l'élection présidentielle. "Une opération repêchage"? Très peu pour lui, avait-il réagi. Sauf qu'à l'heure où François Fillon préparerait une offensive médiatique pour tenter de reprendre la main sur sa campagne, le maire de Bordeaux a, selon Le Figaro, confié à des "proches triés sur le volet", qu'il serait en cas de défection "le seul capable de sauver sa famille politique". Autrement dit un "plan B".

Du dialogue au consensus?
L'idée de représenter un recours, si elle n'est donc pas exclue, n'est pourtant pas tout à fait à l'ordre du jour. Pourquoi? Car Alain Juppé qui s'est entretenu samedi au téléphone avec François Fillon, veut à tout prix éviter une guerre avec le clan Fillon.
"Juppé n'ira que s'il y a consensus autour de lui. (...) Il ne veut pas d'une confrontation avec Fillon", confie au Figaro un élu se présentant comme proche des deux hommes.
François Fillon et Alain Juppé doivent se "reparler" à nouveau prochainement, précise Gilles Boyer, ex-directeur de campagne d'Alain Juppé et actuel trésorier de la campagne de François Fillon, mais sans indiquer de calendrier précis.
Le second pourrait aussi prétendre "au podium"
Mais comment légitimer un retour d'Alain Juppé après le vote de quatre millions de sympathisants de la droite et du centre? Si les primaires s'apparentent à une compétition et que le vainqueur "est disqualifié, le second monte au sommet du podium", glisse un partisan d'Alain Juppé sous couvert d'anonymat. Reste que filer la métaphore sportive ne résout pas les discordances programmatiques et les luttes de courants. Ce qui était ressorti des urnes reviendrait à nouveau aux arrangements d'appareils.
Pour contourner le problème, un ticket avec l'ex-sarkozyste François Baroin est évoqué. Mais il faudrait alors que les deux surmontent leurs inimitiés réciproques. Quel que soit son meneur, la campagne de la droite et du centre devra rassembler.
BFMTV

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER