Alpha Condé réagit à la décision inédite de Ouattara de ne pas briguer un 3e mandat en Côte d'Ivoire

Alpha Condé réagit à la décision inédite de Ouattara de ne pas briguer un 3e mandat en Côte d'Ivoire
0 commentaires, 17 - 3 - 2020, by admin

Par Mohamed Camara
Ils sont arrivés au pouvoir au même moment. Mais, sauf coup de théâtre, Alhassane Ouattara pourrait partir un peu plus-tôt que son homologue Guinéen Alpha Condé.
Il y'a quelques jours, le président de la République de Côte d'Ivoire a annoncé solennellement son intention de quitter le pouvoir cette année et de passer le relais à la " nouvelle génération".
Une décision inédite et surprise saluée aux quatre coins du continent. A Conakry, Alpha Condé, tenté de se maintenir au pouvoir, après la fin de son deuxième et dernier mandat, timidement réagi à l'annonce de son collègue d' Abidjan.
Au centre d'une controverse qui ne dit pas son nom, le numéro 1 Guinéen réagit en ces termes: " Mais lui-même ( NDLR: Alhassane Ouattara ) a fait une nouvelle Constitution ! Alors pourquoi me pose-t-on la question à moi ? Et puis chaque pays a ses réalités. Est-ce qu’il n’y a pas beaucoup de présidents en Afrique qui ont fait plus de trois mandats ? Ici, l’opposition, ce sont les anciens gestionnaires, les anciens Premiers ministres, qui ont gouverné le pays. Et on sait dans quelle situation ils l’ont mis. Alassane Ouattara avait lui-même dit qu’il n’allait pas laisser le pays à ceux qui l’avaient mal géré".
Réélu pour un deuxième et dernier mandat en 2015, dès le premier tour, le président Alpha Condé ne compte pas prendre sa retraite de sitôt. Agé de 83 ans largement consommés, " l'ancien opposant historique est tenté de changer l'actuelle constitution dans le but de pouvoir se maintenir, " légalement", aux commandes de la république de Guinée.
" La démocratie, ce n'est pas nécessairement l'alternance", se défend il dans les colonnes d'un grand journal français.
Le 22 mars prochain, les Guinéens sont appelés aux urnes pour un double scrutin portant sur les électons législatives et le référendum constitutionnel. Malgré son isolement sur la scune internationale et la crise meurtrière née de son intention de rester encore au pouvoir, Alpha Condé, droit dans ses bottes, n'etend pas du tout faire marche arrière.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER