Afrique du Sud: Zuma au tribunal lundi pour corruption, après les émeutes

Afrique du Sud: Zuma au tribunal lundi pour corruption, après les émeutes
0 commentaires, 18 - 7 - 2021, by admin

Le procès pour corruption de l'ex-président sud-africain Jacob Zuma, 79 ans, dont l'incarcération a servi de détonateur pour les violences qui ont secoué le pays cette semaine tuant plus de 200 personnes, doit reprendre lundi.
Englué dans de multiples scandales et accusations de corruption, l'ancien chef d'Etat est jugé dans une affaire de pots-de-vin vieille de plus de 20 ans.
Les violences ont éclaté le 9 juillet dans son bastion du Kwazulu-Natal (Est), au lendemain de son incarcération pour outrage, avant de s'étendre à Johannesburg. Il avait été condamné fin juin pour avoir à de multiples reprises refusé de témoigner devant une commission qui enquête sur la corruption d'Etat sous sa présidence (2009-2018).
Les soutiens de M. Zuma sont accusés d'avoir fomenté le chaos des derniers jours, que le président Cyril Ramaphosa a qualifié de tentative orchestrée de déstabiliser le pays.
L'ancien président doit répondre lundi devant le tribunal de Pietermaritzburg (Est), de seize chefs d'accusation de fraude, corruption et racket liés à l'achat, en 1999, de matériel militaire auprès de cinq sociétés d'armement européennes, alors qu'il était vice-président.
Il est accusé d'avoir empoché plus de quatre millions de rands (soit 235.000 euros au taux actuel), notamment du groupe français Thales qui était l'une des entreprises attributaires du juteux contrat d'une valeur globale d'environ 2,8 milliards d'euros.
Le géant français de la défense est également poursuivi pour corruption et blanchiment. M. Zuma, comme Thales, ont toujours nié ces accusations.
AFP

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER