Les contrevérités puantes de Maka Baldé sur le recensement des compatriotes en France ( opinion )

Les contrevérités puantes de Maka Baldé sur le recensement des compatriotes en France ( opinion )
0 commentaires, 3 - 7 - 2015, by admin

Par Thierno Yimbering Diallo Suite à un article paru, il y'a quelques jours, sur www.nouvelledeguinee.com, un article intitulé: " Recensement des Guinéens de France: l'ambassadeur s'inscrit en faux contre les accusations de l' UFDG et parle de succès", un apprenti politicien du nom de Makka Baldé s'est répandu dans la presse dans le but de désinformer l'opinion sur le recensement des compatriotes de l' Hexagone, sur fond de mensonges grossiers visant l'ambassadeur Amara Camara. Celui qui se fait passer pour un journaliste, un métier qu'il entend apprendre dans les rues et les cafés de Paris, a réagi à l'article de nouvelledeguinee à travers un texte qui met à nu l'étendue de la médiocrité et de l'inculture de cet " opposant" en perdition en occident. Un texte décousu, truffé de fautes et indigne d'un individu qui prétend avoir fait de hautes études en France. " France: recencement des guinéens, une exclusion totale des militants de l'opposition", tel est le titre de ses mensonges nauséabonds. Au niveau du titre, nous avons une faute indigne du numéro 2 des NFD. " Recencement" s'écrit " Recensement". Et, " guinéens" s'écrit avec G majuscule parce qu'il s'agit de la nationalité. Tout le texte souffre de la médiocrité du fabulateur qui invente les faits alors que ces derniers sont sacrés en journalisme. " Mais ce qui est marrant dans cette histoire, poursuit-il, est que plusieurs guinéens ont été refoulé". Deuxième phrase avec sa faute aussi. Ici, " refoulé" doit prendre " s" à la fin. Ce sont les " Guinéens" qui ont été " refoulés". Plus loin dans ses âneries, il étale encore sa méconnaissance de la belle langue française. Il écrit: " Des instructions fermes ont été donné aux agents recenseurs afin de refuser tout Guinéen qui n’a pas un passeport valide..." Dans cette phrase, "donné" doit être au féminin pluriel: " données" parce qu'il s'agit des instructions, un nom au féminin pluriel dans la phrase. S’embrouillant tout seul dans son incohérence, il poursuit: " D’autres ont été tout simplement agressé..." Même scénario. Le " mythomane" se plante et n'accorde pas correctement le mot " agressé" qui doit être au masculin pluriel: " agressés". " On peut citer entre autre". Bêtise encore: " autre" prend logiquement " s". " (...) La secrétaire fédérale de L’UFDG en France, Madame Hadyatou Diallo qui a été agressé...", raconte le fabulateur. Ici encore, le " politicard" se montre incapable d'accorder correctement le participe passé " agressé". Dans cette phrase aux relents de mensonges, "agressé" doit être au féminin singulier - c'est la dame qui a été agressée -. Le journaleux de la rue prétend avoir été contacté par des citoyens " refoulés" à l'ambassade. Curieusement, il ne cite aucun témoin. Comme pour dire qu'il amuse la galerie parce qu'en Guinée, est journaliste maintenant qui le veut. En vérité, personne n'a contacté le blogueur dont le parti, aux abois, fait partie du club de ces formations politiques fantômes qui ont le logo, mais pas de militants. Il est fort probable d'ailleurs que la photo qui illustre ses contrevérités puériles soient volée des réseaux sociaux. Oui, parce que l'apprenti politicien " pille" articles de presse et photo sans avoir l’honnêteté intellectuelle de mentionner sa source. En France, l'ambassadeur a pleinement joué son rôle dans le bon sens bien entendu. Mais, le sieur Makka Baldé tient vaille que vaille à trouver des " poux" sur le crâne rasé d' Amara Camara. Sans la moindre preuve.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER