Le premier ministre reconnait les erreurs de la Guinée dans le projet Simandou : «Pas une désillusion, mais une déception pour la Guinée», dit-il

Le premier ministre reconnait les erreurs de la Guinée dans le projet Simandou : «Pas une désillusion, mais une déception pour la Guinée», dit-il
0 commentaires, 28 - 3 - 2017, by admin

Le premier ministre, chef du gouvernement guinéen, Mamady Youla a reconnu les manquements du gouvernement dans la non mise en œuvre du méga projet de Simandou, un projet de plus de 20 milliards de dollars américains d’investissement abandonné par le géant minier, Rio Tinto, qui a travaillé sur le dit projet pendant près de deux décennies, rapporte l’AGP.
C’était au cours d’une conférence de presse que le premier ministre de la République de Guinée a récemment animé en Suisse, lors du Forum Economique.
Répondant à une question sur les leçons à tirer après le retrait des géants miniers en Guinée, comme BHP Blinton et Rio Tinto, le chef du gouvernement guinéen n’a pas tergiversé pour expliquer les ratés de son pays dans le projet Simandou.
«Il y a eu certes des erreurs, mais aussi des éléments que nous ne maîtrisons pas. La Guinée n’avait pas toutes les cartes en main pour avancer le projet Simandou. Il faut donc en tirer les leçons pour l’avenir», a-t-il reconnu. «Ce n’est pas une désillusion, mais une déception voir que cette attente, très forte de la Guinée et des guinéens, n’a pas pu être matérialisée», a-t-il déploré.
Désormais, nous dévons tout mettre en œuvre lorsque les fenêtres d’investissements se présentent en vue d’accélérer le développement, mettre en place toutes les facilités pour que l’investissement se fasse, a noté le chef du gouvernement guinéen.
A rappeler, que le retrait de Rio Tinto de ‘’l’emblématique’’ projet Simandou a créé des crises dans plusieurs secteurs de développement, notamment celui de l’emploi.

AGP

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER